Nécessaire assainissement du foncier agricole pour développer le secteur

Nécessaire assainissement du foncier agricole pour développer le secteur
APS

DJELFA – Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi a mis en avant, mercredi à Djelfa, la nécessité d’assainir le foncier agricole en vue de développer et de moderniser le secteur dans cette wilaya steppique.

Le ministre a entamé sa visite de deux jours à Djelfa en se rendant à une exploitation agricole spécialisée dans l’élevage avicole dans la commune d’Ain Oussara (100 km au nord de la wilaya), où il a suivi une exposition détaillée sur l’état du secteur agricole dans la wilaya, avant de relever « nous ne pouvons pas développer et moderniser le secteur, tant que le foncier agricole n’a pas été assaini dans tous ses aspects pour le rendre au service du développement ».

« La surface exploitable dans cette wilaya qui dépasse 374 hectares, fait de Djelfa parmi les quelques wilayas disposant d’une vaste superficie à vocation agricole qui peut être exploitée aux fins de la production agricole », a ajouté le ministre, rappelant que la superficie de production dans cette wilaya ne dépassait pas les 160 hectares, une superficie orientée en grande partie vers la céréaliculture qui dépend des précipitations saisonnières.

Pour parvenir à un assainissement du foncier agricole dans la wilaya et une exploitation des surfaces non-productives, le ministre a souligné que « la responsabilité doit être assumée au niveau local, d’autant plus qu’au niveau central, nous encourageons et soutenons les autorités locales, lorsqu’il est question de la maitrise du foncier agricole ».

Et d’ajouter « nous souhaitons que les autorités locales prennent au sérieux cet important dossier, d’autant que les programmes et tous les mécanismes existent déjà et sont mis en place pour puiser dans les textes juridiques et arrêtés interministériels et que les commissions de wilaya chargées de la régularisation du foncier agricole disposent de solutions à toutes les situations qu’elles peuvent rencontrer dans l’opération de régularisation ».

« On entend par régularisation, la conversion du droit de jouissance au droit de concession. Elle concerne également les agriculteurs exploitant des terres ou ayant bénéficié du droit de concession pour la création d’exploitations agricoles », a précisé le ministre.

Saluant les résultats réalisés par la wilaya de Djelfa dans différentes filières agricoles à l’image des viandes rouges en occupant, en 2018, la première place au niveau national en termes de production, M. Bouazgui a réitéré l’intérêt accordé par son département à cette wilaya en vue d’élargir les périmètres irrigués pour atteindre 60.000 ha durant l’année en cours.

« Il s’agit là d’un défi qui contribuera au développement du secteur et fera de cette wilaya un modèle à suivre en là matière », a assuré le ministre.

A Guernini (90 km au nord de la wilaya), deuxième halte de sa visite à Djelfa, le ministre a écouté des explications détaillées sur la création de bassins laitiers et une usine pour la transformation de ce produit et ses dérivés, un projet devant assurer 153 millions de litres/an et produire, une fois cette usine achevée, près de 20.000 litres de lait de vache, d’autant qu’elle compte actuellement près de 180 têtes de bétail.

Par ailleurs, le ministre a constaté que le projet intégré pour l’élevage des vaches, sur une superficie de 2000 ha, est très faible vu les perspectives de cet investissement dans la production des aliments, du lait et de la poudre du lait, saluant dans ce sens cet investissement qui s’inscrit dans le cadre des grands axes stratégiques pour parvenir à l’autosuffisance.

Le ministre poursuit demain (jeudi) sa visite dans la wilaya de Djelfa et présidera une rencontre avec les éleveurs dans la commune de Deldoul avant de visiter d’autres projets.

Source: APS

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply