L’Opep doit reconduire la baisse de sa production au 2e semestre pour soutenir les prix

L’Opep doit reconduire la baisse de sa production au 2e semestre pour soutenir les prix
APS

WASHINGTON – Les prix de pétrole pourraient rester au plus bas pour longtemps, en évoluant autour de 55 dollars le baril cette année si l’Opep ne maintient pas ses engagements de réduction de production pour toute l’année 2019, a indiqué mercredi un haut responsable de la banque d’affaires américaine, JP Morgan.

« Avant la réunion de l’Opep en décembre, JP Morgan avait déclaré que si l’Organisation n’allait pas réduire de plus de 1,2 million de barils/jour, et c’est ce qu’elle a fait pour le premier semestre et non pas pour l’ensemble de l’année, nous pourrons s’acheminer vers notre scénario de prix bas qui est de 55 dollars pour 2019 « , a déclaré Scott Darling chef du département Asie pacifique chez JP Morgan, cité par CNBC.

L’Opep aura besoin de reconduire au deuxième semestre la baisse de sa production pétrolière décidée en décembre pour faire décoller les prix, commente ce responsable chargé des investissements en gaz et pétrole dans l’Asie pacifique.

Selon Scott Darling, il existe actuellement autant de facteurs susceptibles de plomber les prix, citant en cela la faiblesse de la demande et les incertitudes pesant sur des membres de l’Opep quant au respect des engagements de réduction, y compris sur l’Arabie Saoudite, le plus grand producteur de l’Organisation.

Au cours des derniers mois, l’Arabie Saoudite a augmenté sa production de plus d’un million de barils/jour. Désormais, le Royaume vise une réduction d’environ 900.000 barils qu’il compte opérer en deux mois seulement. Confronté à des difficultés économiques, Ryadh espère réaliser un gain sur l’appréciation des cours, pour combler son déficit budgétaire, selon plusieurs analystes.

Les cours ont enregistré l’année écoulée leur pire perte depuis 2015, le brent a perdu 20% de sa valeur, alors que le Light Sweet Crude, référence américaine du brut a terminé l’année en baisse de 25%. La volatilité des marchés boursiers, les facteurs géopolitiques et le ralentissement de la demande ont contribué au fort recul des prix.

Pour autant, Darling estime que les risques géopolitiques dans certains pays comme le Venezuela pourraient donner un coup de pouce aux prix en 2019. Les prix sont susceptibles d’être partiellement soutenus par les arrêts fréquents des infrastructures pétrolières vieillissantes, selon le même responsable.

Source: APS

Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply