LFC 2018: accélérer la croissance économique et améliorer le niveau de vie du citoyen

LFC 2018: accélérer la croissance économique et améliorer le niveau de vie du citoyen
APS

ALGER – Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Saïd Bouhadja a affirmé lundi que les mesures et les procédures contenues dans la loi de Finances complémentaire 2018 (LFC 2018) devront « certainement accélérer la croissance économique du pays à travers la relance des projets de développement tracés tout en contribuant à l’amélioration du niveau de vie du citoyen ».

« Les mesures énoncées dans le texte de loi devront certainement accélérer la croissance économique du pays et relancer les projets de développement tracés, en plus d’alléger les charges fiscales pour le citoyen ce qui reflète le souci du président de la République M. Abdelaziz Bouteflika à la sauvegarde des acquis sociaux du peuple et en même temps l’attribution d’outils juridiques permettant de donner une nouvelle impulsion à l’activité économique et au développement global afin d’améliorer le niveau de vie du citoyen », a souligné M. Bouhadja dans une allocution prononcée à l’issue de la séance du vote sur la LFC 2018 à l’APN.

Concernant la suppression de l’article 6, l’assemblée jouit de toute la souveraineté et des prérogatives dans la prise de mesures adéquates », a déclaré à la presse le ministre des Finances M. Raouia en marge de la séance de vote.

Il a mis l’accent sur l’importance de ce texte complémentaire qui intervient, a-t-il dit, « en concrétisation des efforts de l’Etat visant à poursuivre la politique d’appui budgétaire et à renforcer la croissance économique », en mobilisant des affectations financières supplémentaires à travers l’autorisation de programmes relatifs au budget d’équipement.

L’adoption de ces dispositions introduites dans le texte de la loi permet au Gouvernement de poursuivre ses efforts de développement dans les différents domaines d’activités, a-t-il ajouté.

Concernant les réactions des partis politiques, le  Parti des travailleurs (PT) a estimé que ce texte ne prend pas en charge pour une grande partie les préoccupations du citoyen, à savoir l’emploi et le pouvoir d’achat, mais a décidé de voté pour ce texte vu qu’il porte sur plusieurs mesures positives à même de contribuer à l’apaisement du front social.

Quant aux députés du parti Mouvement de la société pour la paix (MSP), ces derniers se sont abstenus lors du vote et émis plusieurs réserves sur d’autres dispositions, soulignant que le texte de loi a été marqué par l’ambiguïté sans apporter de nouveau en termes d’objectifs globaux relatifs à la croissance économique, à l’emploi, à la diversification des ressources de financement et à l’évaluation du mécanisme de financement non conventionnel.

Les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont adopté, lundi, à la majorité le projet de Loi de finances complémentaire (PLFC 2018) lors d’une séance plénière présidée par Saïd Bouhadja, président de l’assemblée en présence des ministres des Finances et des Relations avec le parlement, respectivement Abderrahmane Raouia et Mahdjoub Bedda.

Les députés du parti Front des forces socialistes (FFS) et celui du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ont voté contre le projet de loi.

Lors de la séance de vote, l’assemblée a voté à l’unanimité la suppression de l’article 6 du projet de loi. L’article 5 de ce projet a été reformulé.

APS

Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply