Le pétrole finit en nette hausse

Le pétrole finit en nette hausse
PHOTO LARRY MACDOUGAL, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Les cours du pétrole ont nettement monté lundi, poursuivant la hausse entamée en fin de semaine dernière à la suite d’un regain d’espoir quant à un accord des pays producteurs de pétrole en vue de geler leur production.

Le cours du baril américain de référence (WTI) a pris 1,25 dollar à 45,74 dollars sur le contrat pour livraison en septembre au New York Mercantile Exchange (NYMEX), après avoir déjà pris un dollar vendredi.

Le marché a bénéficié de «la perspective de discussions visant à un gel de la production», a estimé Gene McGillian de Tradition Energy.

«Au cours du week-end, nous avons continué à entendre des commentaires positifs à propos d’un gel de la production. La Russie a indiqué être prête à coopérer», a ajouté Matt Smith de ClipperData.

Le ministre russe de l’Énergie Alexandre Novak a indiqué au journal saoudien Asharq Al-Awsat que son pays était prêt à collaborer avec l’Arabie saoudite afin de parvenir à une stabilisation du marché du pétrole international.

«Les marchés poursuivent leur rebond, après avoir atteint un point bas sur quatre mois le 2 août dernier, grâce à l’espoir que les pays producteurs membres et non membres de l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) puissent atteindre un accord afin de freiner la production, en marge du Forum International de l’Énergie du 26 au 28 septembre à Alger», a remarqué Tim Evans, de Citi

«Même si ce gel reste très hypothétique» pour M. Smith, cela a suffi à faire «s’évaporer la pression à la baisse qui avait poussé les cours à 40 dollars», a jugé M. McGillian.

De nombreux investisseurs se sont toutefois rappelé lundi l’échec au printemps dernier d’un sommet de ce type entre la Russie et la plupart des membres de l’OPEP.

«Y aura-t-il une réunion sérieuse et peut-on en attendre quelque chose? Pour faire court, les réponses sont respectivement «peut-être» et «non»», a prévenu David Hufton, analyste de PVM, jugeant que la hausse se fondait «sur des mots plutôt que sur une action».

Les cours ont donc semblé ignorer provisoirement les inquiétudes autour de la surabondance d’offre sur le marché qui plombe les prix depuis plus de deux ans.

Vendredi, le groupe privé Baker Hughes a publié son décompte hebdomadaire des puits de forage en activité aux États-Unis, qui a fait apparaître une hausse des puits pour la septième semaine consécutive. Cette donnée laissait penser que les États-Unis pourraient élever leurs volumes de production dans les mois à venir.

 
AFP – New York
Lapresse.ca

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply