Google écope d’une amende de 6,8 millions de dollars en Russie

Google écope d’une amende de 6,8 millions de dollars en Russie

Le moteur de recherche est accusé d’«abus de position dominante» avec son système d’exploitation Android. D’autres pays poursuivent Google pour les mêmes motifs.

Google s’attire les foudres de la Russie. Le gendarme russe de la concurrence a infligé jeudi une amende de 438 millions de roubles (6,8 millions de dollars) au moteur de recherche américain. Google avait été reconnu coupable en septembre 2015 d’«abus de position dominante» avec son système d’exploitation Android, mais le montant de l’amende n’avait pas encore été fixé. Les autorités russes étaient entrées en discussion avec Google pour régler le contentieux à l’amiable, ce qu’il conditionnait à une reconnaissance de culpabilité. Le géant américain a rejeté toutes les accusations dont il faisait l’objet. Il a donc été condamné mais n’exclut pas de faire appel de cette décision.

Le Service fédéral antimonopole (FAS) avait été saisi en septembre par Yandex, le principal moteur de recherche en Russie. Celui-ci reprochait à Google d’imposer aux constructeurs de smartphones et de tablettes sous Android l’installation de toute une série de ses services ainsi que de faire de Google le moteur de recherche par défaut.

Des enquêtes en cours en Europe et aux États-Unis

Google est également inquiété au niveau européen pour des motifs similaires. La Commission européenne mène plusieurs enquêtes parallèles sur les pratiques anticoncurrentielles de Google. L’une d’elles porte sur les soupçons d’abus de position dominante avec Android. Plusieurs entreprises, dont Nokia et Trip Advisor, reprochent à Google de proposer des «incitations financières importantes» à des fabricants de smartphones et de tablettes afin qu’ils préinstallent Google Search sur leurs appareils.

Les mêmes reproches valent à Google d’être poursuivi sur ses propres terres. Aux États-Unis, le département de la Justice et la FTC, l’Agence chargée de faire respecter le droit des consommateurs, ont ouvert une enquête en septembre dernier sur les pratiques anticoncurrentielles de Google. Là encore, le moteur de recherche est accusé d’imposer ses services et de décourager d’installation d’applications concurrentes sur son système d’exploitation. En juillet, la Corée du Sud s’est elle aussi penchée sur le sujet.

Cette semaine, le gendarme russe de la concurrence a également lancé despoursuites à l’encontre d’Apple, soupçonné d’entente entre ses revendeurs sur le prix des iPhone 6S et 6S Plus. La FAS estime que les prix «soi-disant ‘recommandés’ [sont] en fait obligatoires».

source  AFP

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply