Ford et Volkswagen envisagent de s’allier

Ford et Volkswagen envisagent de s’allier
Les coûts des grands constructeurs automobiles comme Ford et Volkswagen (sur la photo) augmentent notamment pour développer au plus vite la voiture autonome, afin de ne pas être devancés par Uber, Waymo (Google) et Tesla, entre autres. PHOTO FABRIZIO BENSCH, ARCHIVES REUTERS

AFP-New York

Les constructeurs automobiles américain Ford et allemand Volkswagen se préparent à annoncer une alliance stratégique dans différents domaines, dont les voitures autonomes et électriques, a indiqué mercredi à l’AFP une source proche du dossier.

L’annonce pourrait intervenir le 15 janvier au salon automobile de Detroit, au Michigan, a ajouté cette source, sous couvert d’anonymat.

Les organisateurs du grand salon automobile ont réservé ce jour-là un créneau sur la scène principale de 8 h 30 à 9 h 30 pour une « annonce imminente de l’industrie », sans autres informations.

Les deux constructeurs discutent d’un partenariat depuis l’été, mais sont restés pour l’instant silencieux sur la forme qu’il prendrait.

Volkswagen n’a jamais caché son intérêt pour les utilitaires de Ford, mais, d’après la source proche, l’alliance devrait concerner également les voitures autonomes et électriques.

« Notre protocole d’accord avec Volkswagen couvre des conversations sur des collaborations potentielles sur un nombre de domaines. Il est prématuré de partager des renseignements supplémentaires à ce stade. Nous le ferons bientôt », a déclaré à l’AFP Jennifer Flake, une porte-parole de Ford.

Une alliance d’envergure tomberait au moment où les grands constructeurs automobiles font face à une hausse des coûts de l’acier et de l’aluminium, conséquence des tensions commerciales avec les États-Unis, et doivent se réinventer face à la concurrence de la Silicon Valley.

Leurs coûts augmentent également pour développer au plus vite la voiture autonome, afin de ne pas être devancés par Uber, Waymo (Google) et Tesla, entre autres.

Ford a annoncé récemment une vaste restructuration comprenant l’arrêt de la production en Amérique du Nord des berlines et citadines, aux marges faibles. Il prévoit également de supprimer des milliers d’emplois et pourrait fermer des usines, selon des analystes sectoriels.

De son côté, Volkswagen essaie de tourner la page sur la crise des moteurs diesel truqués ayant siphonné ses bénéfices et terni sa réputation.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply