Zika : situation préoccupante à Porto Rico

Zika : situation préoccupante à Porto Rico
Le virus Zika se transmet essentiellement par des piqûres de moustiques du type Aedes. ©Marvin RECINOS / AFP

L’infection du Zika se propage rapidement à Porto Rico, laissant craindre une augmentation du nombre de femmes enceintes infectées et d’enfants nés avec une microcéphalie ou d’autres défauts de naissance.

L’infection par le virus Zika s’accroît rapidement à Porto Rico, laissant craindre une augmentation du nombre de femmes enceintes infectées et d’enfants nés avec une microcéphalie ou d’autres défauts de naissance, ont indiqué vendredi 17 juin 2016 les autorités sanitaires américaines.

« Selon les meilleures informations disponibles, l’infection par le Zika paraît augmenter rapidement à Porto Rico…. ce qui est préoccupant », a dit le Dr Tom Frieden, directeur des Centres de Contrôle et de prévention des maladies (CDC), s’appuyant sur les résultats des tests des dons de sang dans ce territoire américain.

Sur les 12.777 dons testés entre le 3 avril et le 11 juin, 68 étaient positifs pour le Zika soit 0,5%. Mais l’incidence a nettement augmenté dernièrement atteignant 1,1% la semaine du 5 au 11 juin, a-t-il précisé lors d’une conférence de presse téléphonique, ajoutant que « la courbe des infections monte régulièrement ».

Vers des centaines de cas de microcéphalie ?

Même si les donneurs de sang ne sont pas forcément représentatifs, l’accroissement des échantillons sanguins testés positifs « reflète probablement une augmentation des infections dans toute la population », a expliqué le Dr Frieden.

Pour lui, « cela signifie que dans les prochains mois on peut voir des milliers de femmes enceintes à Porto Rico infectées par le Zika conduisant à des dizaines voire des centaines de cas de bébés nés avec une microcéphalie dans l’année ».

Des milliers d’enfants qui naîtront d’une mère infectée par le Zika sans ce défaut congénital – le crâne et le cerveau trop petit – pourraient néanmoins connaître d’autres séquelles de développement cérébral qui « pourraient se manifester seulement dans plusieurs années », a relevé le Dr Frieden.

Le Brésil, pays le plus frappé par l’épidémie de Zika, a enregistré le plus grand nombre de cas de défaut congénital lié à une infection par ce virus, dont notamment de microcéphalie, avec près de 1.300 bébés nés avec cette malformation depuis 2015.

« Nous avons déjà identifié plus de 400 femmes qui ont été probablement infectées par le Zika alors qu’elles étaient enceintes à Porto Rico et aux Etats-Unis », a-t-il ajouté.

234 femmes enceintes infectées aux Etats-Unis

Selon les derniers chiffres des CDC, 234 femmes enceintes ont été infectées aux Etats-Unis. Les Centres estiment qu’au premier trimestre de la grossesse, le risque que le fœtus développe une microcéphalie varie d’1% à 13%.

Jeudi 16 juin 2016, les CDC avaient également indiqué que le Zika était lié à des cas de défauts de naissance dont la microcéphalie parmi des enfants et fœtus de six de ces femmes.

Le test sanguin utilisé aux Etats-Unis pour détecter le virus a été approuvé par l’Agence américaine des médicaments le 30 mars dernier.

Il permet seulement de détecter le virus s’il est présent dans le sang au moment du dépistage, mais pas de déterminer si la personne a été infectée dans le passé, a précisé le Dr Frieden.

Aucun cas d’infection par des moustiques n’a encore été signalé aux Etats-Unis mais avec l’arrivée de l’été, les CDC s’attendent à des poches d’infection notamment dans le sud.

 

Par Sciences et Avenir avec AFP

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply