Wall Street stagne encore face à des résultats divergents

Wall Street stagne encore face à des résultats divergents
Jeudi matin, la Bourse semblait partie pour une troisième journée consécutive d'atermoiements. PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Wall Street a encore terminé la séance sans direction jeudi, pour le troisième jour de suite, ballottée entre des résultats contradictoires, mais ne détournant pas les investisseurs du marché des actions: le Dow Jones a cédé 0,09%, mais le Nasdaq a gagné 0,30%.

Selon des résultats définitifs, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a reculé de 15,82 points à 18 456,35 points et le Nasdaq, à dominante technologique, a progressé de 15,17 points à 5154,98 points.

L’indice élargi S&P 500, considéré par beaucoup comme le plus représentatif, a gagné 3,48 points, soit 0,16% à 2170,06 points.

«On voit aujourd’hui plusieurs titres qui évoluent de plus de 20% à la baisse ou à la hausse (…), mais globalement le marché n’évolue pas beaucoup», a déclaré Michael James, chez Wedbush Securities.

À mi-chemin de la saison des résultats d’entreprises pour le deuxième trimestre, M. James a remarqué qu’«ils sont pour la plupart meilleurs qu’attendu. Certains déçoivent, mais pour les deux tiers des entreprises, les résultats dépassent bien les attentes», a-t-il ajouté, soulignant que cela suffisait au marché pour préserver ses gains des dernières semaines,voire, pour le Nasdaq, les accentuer.

«Aussi longtemps que les rendements obligataires dans le monde flotteront autour de 1%, le marché d’actions va rester attractif», a-t-il assuré, jugeant la santé des Bourses particulièrement remarquable face à la chute de quelque 15% des cours du pétrole ces deux dernières semaines.

L’actualité économique n’a en tous cas fourni aucun moteur jeudi, en attendant pour le lendemain la fin d’une réunion de la Banque du Japon et la première estimation de la croissance économique américaine de la période avril-juin.

La réunion de la Réserve fédérale, qui a maintenu mercredi inchangés les taux directeurs en faisant preuve d’un petit regain d’optimisme, s’est de son côté confirmée comme un non-événement.

«Elle a laissé la porte ouverte à un resserrement, mais le marché n’y croit pas», a relevé Peter Cardillo de First Standard Financial, y voyant pour preuve le petit affaiblissement du dollar.

Pour lui le bas niveau de l’inflation, qui devrait se confirmer avec le reflux des prix du brut, a toutes les chances de retarder encore un resserrement monétaire.

Le marché obligataire était également presque stable. Vers 16h25, le rendement des bons du Trésor à 10 ans s’affichait à 1,505% contre 1,507% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,226% contre 2,220% auparavant.

AFP New York
Lapresse.ca

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply