Un robot souple pour aider le cœur à battre

Un robot souple pour aider le cœur à battre
Le manchon en silicone utilise de fausses fibres musculaires en polyuréthane activées par une pompe à air pour permettre les contractions pulsées du cœur. SCIENCE TRANSLATIONAL MEDICINE

Un manchon souple en silicone peut produire des contractions et aider ainsi le cœur à battre. Une alternative à la greffe.

MUSCLE. Imaginez un manchon souple qui entourerait un cœur usé pour l’aider à battre. Tel est le curieux dispositif imaginé par des chercheurs américains de l’Université d’Harvard et de l’Hôpital de Boston. Le travail publié dans Science Translational Medicine n’a pour l’instant été testé que chez le porc mais il pourrait bien d’ici plusieurs années selon les chercheurs représenter une véritable alternative à la greffe cardiaque. La principale originalité de ce nouveau système d’assistance ventriculaire est avant tout de ne pas être en contact direct avec le sang. Un net avantage sur les dispositifs existants car cela réduit la formation de caillots. Résultat : la prise d’anticoagulants par le patient ne serait plus nécessaire.

Les chercheurs se sont inspirés de l’anatomie cardiaque et ont réussi à fabriquer un manchon en silicone qui utilise de fausses fibres musculaires en polyuréthane activées par une pompe à air pour permettre les contractions pulsées de l’organe. En tournant et en se comprimant autour du cœur via le manchon, les faux muscles permettent finalement au cœur fatigué de se contracter et donc d’assurer sa fonction de pompe, redistribuant le sang oxygéné vers l’organisme.

Le manchon se personnalise selon la zone de faiblesse présentée par le cœur

Le manchon est lui fixé au cœur via des sutures et une interface de gel pour aider à une meilleure friction entre le dispositif et le cœur. Autre particularité, il peut se personnaliser selon la zone de faiblesse présentée par le cœur, soit au niveau du ventricule gauche, soit du droit. Les tests chez l’animal ont été concluants et déjà des brevets ont été déposés. « Cette recherche démontre l’intérêt de la robotique souple pour potentiellement réduire le fardeau des maladies cardiaques et améliorer la qualité de vie des patients« , a déclaré Ellen T. Roche, premier auteur de l’article.

Ce travail ouvre en effet de nouvelles options de traitement pour les personnes souffrant d’insuffisance cardiaque. En France, un million de personnes sont concernées par cette affection. Toutefois, avant que les travaux chez l’homme ne puissent vraiment démarrer, des étapes indispensables de miniaturisation seront encore nécessaires. Pour sans doute un jour parvenir à rendre la technologie totalement implantable.

 

Sylvie Riou-Milliot

Source: sciencesetavenir.fr

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply