Tir de missile nord-coréen: la Russie, la Chine et les USA « préoccupés par l’escalade des tensions »

Tir de missile nord-coréen: la Russie, la Chine et les USA « préoccupés par l’escalade des tensions »
©AP

La Maison Blanche a réagi dimanche (samedi aux Etats-Unis) au nouveau tir de missile effectué par la Corée du Nord en direction de la mer du Japon. Le président Donald Trump « ne peut imaginer que la Russie est heureuse » de ce nouveau tir, le missile ayant trouvé son impact « si près du territoire russe – en vérité, plus près de la Russie que du Japon », indique un communiqué de la Maison Blanche. « La Corée du Nord est une menace flagrante depuis beaucoup trop longtemps », peut-on encore lire dans le texte.

Les Etats-Unis se sont engagés « dur comme fer » à faire face à la menace nord-coréenne aux côtés de leurs alliés, rappelle le communiqué. « Que cette nouvelle provocation serve de rappel à toutes les nations, d’implémenter des sanctions bien plus fortes envers la Corée du Nord », conclut-il.

La Chine et la Russie préoccupées

La Russie et la Chine sont « préoccupées par l’escalade des tensions » dans la péninsule coréenne après le tir d’un missile par la Corée du Nord en violation des résolutions de l’ONU, a indiqué dimanche le Kremlin.

Le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping « ont discuté en détail de la situation dans la péninsule coréenne » lors d’une rencontre à Pékin et « les deux parties ont exprimé leur préoccupation pour l’escalade des tensions », a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

La Chine avait auparavant fait part de son opposition « aux violations par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité » et appelé toutes les parties en présence à « la retenue ».

La Corée du Nord a tiré dimanche matin un missile balistique qui a parcouru environ 700 km avant de s’abimer en mer du Japon, selon l’armée sud-coréenne.

Vladimir Poutine et Xi Jinping se sont entretenus lors d’une rencontre bilatérale, puis autour d’un déjeuner de travail, après avoir participé dans la matinée à l’ouverture du sommet des Nouvelles routes de la soie à Pékin.

Dans l’après-midi, le président russe a également rencontré le président tchèque Milos Zeman et devait s’entretenir ensuite avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras et le Premier ministre chinois Li Keqiang.

Chine et Japon : une « provocation dangereuse » et « inacceptable »

Le tir de projectile effectué dimanche matin par Pyongyang depuis le nord-ouest du territoire nord-coréen était bien un tir de missile balistique, a confirmé l’armée américaine peu après. Ce nouveau tir, survenu quelques jours seulement après l’élection du nouveau président sud-coréen Moon Jae-In, constitue une « provocation dangereuse », a réagi ce dernier. Moon, qui a pourtant ouvert la porte à un dialogue avec le voisin du nord dès son entrée en fonctions, a condamné le tir, après une réunion d’urgence de son conseil de sécurité national, rapporte l’agence Yonhap. Il a souligné qu’il constituait une violation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et mettait en péril la sécurité de la région, selon la même source.

De son côté, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a qualifié ce nouvel évènement de « totalement inacceptable », ajoutant que les tests répétés du régime de Kim Jong-un étaient une « grave menace » envers le Japon. Un porte-parole du gouvernement nippon a précisé dans la matinée de dimanche que le missile tiré depuis Kusong a voyagé durant 30 minutes, parcourant environ 800 kilomètres avant de s’abîmer en mer du Japon, à environ 400 kilomètres à l’est du territoire nord-coréen.

L’agence japonaise Kyodo rapporte que ce missile a atteint, en vol, une altitude de 1.000 kilomètres. Le gouvernement cherche à comprendre s’il s’agit d’un nouveau type de missile.

Le projectile, qui a donc fini dans les flots entre la Corée du Nord et les îles japonaises, n’a « pas menacé l’Amérique du Nord », précisent les forces armées américaines en charge du Pacifique. Selon un communiqué du US Pacific Command, le trajet du missile « ne correspondait pas à un missile balistique intercontinental ». Il rappelle au passage rester fidèle à sa mission de « collaboration étroite » avec « les alliés japonais et de Corée du Sud » en vue de « maintenir la sécurité ».

 

AFP

Source : lalibre.be

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply