Tébessa: plus de 200 visiteurs nationaux et étrangers par mois au jardin archéologique

Tébessa: plus de 200 visiteurs nationaux et étrangers par mois au jardin archéologique
Photo APS

TEBESSA – Plus de 200 visiteurs nationaux et étrangers se rendent par mois au jardin archéologique de Tébessa, situé en face de la plusieurs fois séculaire muraille byzantine en plein cœur de la ville, a indiqué mercredi le directeur de l’administration des musées et sites archéologiques.

Selon Azzedine Lotfi, plus de 500 pièces archéologiques des époques romaine et byzantine dont des plaques votives, des statues, des mosaïques, des colonnes, des pressoirs d’huile et des vestiges funéraires sont exposés au public dans cet espace de 5.182 m2 clôturé et constamment surveillé par les agents de l’administration muséale.

Cet espace vient de bénéficier d’un système d’éclairage qui permettra son ouverture en nocturne aux visiteurs, a ajouté ce responsable qui a fait état d’une proposition de réalisation sur 1000 m2 situées derrière le jardin d’un parc d’attractions et d’un hôtel 5 étoiles pour 22 millions DA. Le projet propose une nouvelle présentation des pièces archéologiques en fonction de leur type et période avec diverses voies et bancs à mettre à la disposition des visiteurs.

De son côté, le directeur du tourisme, Kamel Tighaza, a souligné la « grande valeur » du patrimoine archéologique détenu dans ce jardin et les immenses perspectives de développement du tourisme portées par le projet proposé par l’administration des musées.

Pour le chercheur en archéologie et président de l’association « Minerve » de protection des vestiges, Mourad Hamidane, ce jardin archéologique est un musée à ciel ouvert dont les pièces avaient été collectées et rassemblées vers la fin du 19ème siècle.

La collection de ce jardin est d’une grande importance pour les étudiants et chercheurs en archéologie, a ajouté le même chercheur qui a mis l’accent sur les efforts actuellement déployés par l’administration des musées et sites archéologiques pour la valorisation de ce patrimoine historique.

Rencontré au jardin archéologique, Farouk, un jeune lycéen de 16 ans, a indiqué découvrir avec grand enchantement les vestiges plusieurs fois millénaires exposées au visiteur qui y décelé la richesse de l’histoire de toute une région.

 

APS

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply