Syrie: Alep, l’un des «conflits urbains les plus dévastateurs», selon la Croix-Rouge

Syrie: Alep, l’un des «conflits urbains les plus dévastateurs», selon la Croix-Rouge

La bataille d’Alep, la deuxième ville de Syrie aujourd’hui ravagée, est l’un des pires conflits urbains jamais menés, a déclaré lundi le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

« C’est, sans l’ombre d’un doute, l’un des conflits urbains les plus dévastateurs de notre époque », a déclaré Peter Maurer dans un communiqué, déplorant d’« immenses » souffrances humaines.

« Personne, ni aucun endroit, ne sont à l’abri »

La ville d’Alep, divisée entre quartiers tenus par les insurgés à l’est et quartiers contrôlés par les forces du régime syrien à l’ouest, a été le théâtre d’une escalade de la violence, avec des centaines de tués, un nombre indeterminé de blessés et des dizaines de personnes prises au piège sans bénéficier d’aucune aide, a souligné Peter Maurer.

« Personne, ni aucun endroit, ne sont à l’abri. Les bombardements sont constants, les habitations, les écoles et les hôpitaux étant tous en ligne de mire. Les gens vivent dans la peur », s’est alarmé le président du CICR.

« Les enfants ont été traumatisés. L’ampleur des souffrance est immense », a-t-il ajouté, enjoignant « toutes les parties à arrêter les destructions et les attaques sans discrimination, à arrêter le massacre ».

Un « manque de services essentiels comme l’eau et l’électricité »

L’intensification des combats, après que les forces du régime eurent pris en juillet le contrôle de la dernière route d’approvisionnement des zones rebelles, a suscité une forte préoccupation pour le sort des 1,5 million de civils se trouvant dans la ville, dont 240.000 dans les quartiers tenus par les insurgés.

Les infrastructures de la ville ont subi des destructions, réduisant considérablement la fourniture en eau et électricité, a souligné le CICR.

« Outre la menace directe représentée par les combats, le manque de services essentiels comme l’eau et l’électricité constitue un risque immédiat et dramatique pour deux millions de personnes, qui ont les plus grandes difficultés à accéder à des soins médicaux de base », a poursuivi Peter Maurer.

Le CICR appelle les belligérants à permettre aux agences humanitaires d’accéder dans tous les quartiers de la ville et demande des trêves régulières pour l’acheminement de l’aide.

source AFP

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply