Pyongyang menace de «réduire en cendres» les forces américaines

Pyongyang menace de «réduire en cendres» les forces américaines
PHOTO AFP

Séoul | La Corée du Nord a menacé dimanche de «réduire en cendres» les forces américaines, dans une réponse aux critiques du Conseil de sécurité de l’ONU sur ses programmes balistiques.

Le Conseil de sécurité a fermement condamné Pyongyang vendredi pour ses tirs de missiles et s’est mis d’accord pour prendre des «mesures significatives» quelques jours après le lancement d’un projectile SLBM par un sous-marin nord-coréen.

Les résolutions du Conseil interdisent à Pyongyang de développer son programme balistique, mais la Corée du Nord a multiplié les essais de missiles depuis son quatrième essai nucléaire en janvier.

Un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a qualifié la déclaration du Conseil de sécurité de «produit des actes de banditisme des États-Unis».

Menaces à la dignité

«Maintenant que les États-Unis posent des menaces à la dignité et au droit à l’existence de la RPDC (République populaire et démocratique de Corée) en ne tenant pas compte de ses avertissements, elle va continuer à prendre une série de mesures en tant que puissance militaire à part entière», a déclaré ce porte-parole.

«La RPDC a des moyens conséquents pour réduire en cendres les agresseurs sur le territoire américain et sur le théâtre d’opérations du Pacifique», a poursuivi le porte-parole dans une déclaration transmise par l’agence officielle KCNA.

Pyongyang a tiré mercredi, depuis un sous-marin, un missile (SLBM) qui a parcouru un demi-millier de kilomètres en direction du Japon, ce qui constitue pour les experts une nette avancée dans les programmes balistiques nord-coréens.

« Immense succès »

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un, cité par l’agence officielle KCNA, avait qualifié le tir d’«immense succès» qui place son pays à «l’avant-garde des puis­sances militaires dotées de capacités nucléaires d’attaque».

Une véritable capacité SLBM ferait monter d’un cran la menace nord-coréenne. Pyongyang pourrait d’une part porter sa dissuasion bien au-delà de la péninsule coréenne et disposerait d’autre part d’une seconde force de frappe en cas d’attaque de ses bases militaires.

 

AFP

JDM

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply