Présidentielle en Iran: Rohani et son ouverture au monde sortis vainqueurs

Présidentielle en Iran: Rohani et son ouverture au monde sortis vainqueurs
AFP / ATTA KENARE Le président iranien Hassan Rohani, après un discours télévisé à Téhéran le 20 mai 2017, jour de sa réélection

Le président iranien Hassan Rohani a été largement réélu pour quatre ans dès le premier tour, un feu vert pour la poursuite de sa politique d’ouverture au monde et de réformes.

« Le message de notre peuple a été clairement exprimé. Le peuple iranien a choisi la voie de l’entente avec le monde, loin de l’extrémisme », a déclaré samedi le religieux modéré de 68 ans dans une allocution télévisée.

En obtenant vendredi 57% des voix, M. Rohani a terrassé son adversaire conservateur, Ebrahim Raissi (38%), proche du guide suprême Ali Khamenei, selon les résultats annoncés samedi par le ministère de l’Intérieur.

AFP / Vincent LEFAI, Jean Michel CORNU, Valentina BRESCHIElection présidentielle en Iran

Cette nette victoire démontre qu’une majorité d’Iraniens approuve sa politique d’ouverture entamée par l’accord nucléaire historique conclu en juillet 2015 avec six grandes puissances, dont les Etats-Unis, ennemi juré de la République islamique depuis près de 40 ans.

Sans autorisation de la police, plusieurs centaines de jeunes se sont rassemblés samedi soir dans le centre de Téhéran en chantant et en frappant dans leurs mains pour exprimer leur joie et saluer le succès de Hassan Rohani, selon un correspondant de l’AFP sur place.

L’annonce de sa réélection pour un second et dernier mandant de quatre ans, survient le jour de la visite du président américain Donald Trump en Arabie saoudite, la grande rivale de l’Iran au Moyen-Orient.

« Le peuple iranien veut vive en paix et dans l’amitié avec le reste du monde, mais n’accepte pas la menace et l’humiliation. C’est le principal message qu’il veut que le monde entende », a ajouté le président iranien.

– Priorités –

Par son vote, « notre peuple a déclaré aux pays voisins et à toute la région que la voie pour instaurer la sécurité est le renforcement de la démocratie, non s’appuyer sur les puissances étrangères », a-t-il encore dit.

Avec 23,5 millions de bulletins à son nom, M. Rohani augmente considérablement le nombre de ses électeurs par rapport à la présidentielle de 2013, lorsqu’il en avait obtenu 18,6 millions.

La participation, forte, a été de 73%.

Pendant la campagne, il avait demandé aux Iraniens de lui accorder plus de voix afin de pouvoir poursuivre ses réformes sur le plan intérieur et sa politique d’ouverture.

AFP / Colin HENRY, Kun TIANElections en Iran : le système politique

Le guide suprême a salué la victoire « du peuple iranien et du régime de la République islamique malgré les complots de ses ennemis ».

L’ayatollah Khamenei a demandé à M. Rohani « d’avoir comme priorités les couches déshéritées, les zones rurales et pauvres, ainsi que la lutte contre la corruption ».

Hassan Rohani a consacré la majeure partie de son premier mandat à la négociation de l’accord nucléaire, qui a entraîné une levée partielle des sanctions internationales frappant l’Iran depuis près de 10 ans.

Mais ces avancées n’ont pas permis d’attirer les investissements étrangers espérés et il n’y a pas eu d’impact direct sur la vie quotidienne des Iraniens qui restent durement frappés par le chômage (12,5% de la population et 27% des jeunes).

– Félicitations russe et syrienne –

L’accord nucléaire a en revanche permis à l’Iran d’entamer son retour sur la scène internationale.

En le félicitant, l’Union européenne l’a d’ailleurs encouragé à poursuivre sa politique d’ouverture. « L’UE est prête à continuer à travailler pour la pleine mise en œuvre » de l’accord nucléaire, « la paix régionale et la satisfaction des attentes » des Iraniens, a réagi la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

Avec son large score, M. Rohani a les coudées plus franches, ce qui pourrait même lui permettre d’étendre cette ouverture à la société iranienne où les atteintes aux libertés restent nombreuses.

Le président en Iran n’est cependant pas le seul à prendre des décisions dans ce domaine. Elles doivent recevoir l’aval du guide suprême, du puissant pouvoir judiciaire contrôlé par les conservateurs et parfois des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite.

Le scrutin s’est tenu deux jours après la décision américaine de renouveler l’allègement des sanctions contre l’Iran, conformément à l’accord nucléaire de 2015.

Mais la méfiance entre Téhéran et Washington demeure et l’administration américaine a assorti cette mesure de nouvelles sanctions ciblées liées au programme de missiles balistiques de l’Iran.

Washington n’a pas immédiatement réagi à la réélection de M. Rohani, qui a été saluée par le président russe Vladimir Poutine, un allié de l’Iran. Le président syrien Bachar al-Assad, dont le maintien au pouvoir après six ans de guerre doit beaucoup au soutien de ses alliés russe et iranien, l’a aussi félicité.

 

AFP

1 comment
Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • mehdi mountather
    21 mai 2017, 13 h 39 min

    Au président Rohani de mettre fin en chiisme code satanique le 21 Mai 2017 pour éviter les punitions d’ALLAH a Téhéran et d’autres villes iraniens séisme plus 7 tsunami volcan déluge météorite le Coran sauveur de l’Iran pas l’imam mehdi imam mehdi ne vient jamais parce qu’il n’existe pas

    REPLY