Prenant tout le monde par surprise, Theresa May veut des élections législatives anticipées en Grande-Bretagne le 8 juin

Prenant tout le monde par surprise, Theresa May veut des élections législatives anticipées en Grande-Bretagne le 8 juin
AFP / DANIEL SORABJI La Première ministre britannique Theresa May devant le 10 Downing Street à Londres, le 18 avril 2017

La Première ministre britannique Theresa May a appelé mardi à la tenue d’élections législatives anticipées le 8 juin lors d’une annonce surprise devant sa résidence de Downing Street, trois semaines après le déclenchement du Brexit.

« J’ai décidé d’appeler à des législatives anticipées le 8 juin », a affirmé Mme May dans une déclaration solennelle. Pour valider la tenue du scrutin, la Première ministre doit encore obtenir l’aval du parlement à la majorité des deux tiers.

L’opposition travailliste a donc en théorie le pouvoir de bloquer l’initiative, mais son leader Jeremy Corbyn a laissé entendre dernièrement qu’il ne s’opposerait pas à des élections anticipées.

La cheffe du gouvernement conservateur, en poste depuis moins d’un an, compte tirer profit de l’extrême faiblesse des travaillistes dans les sondages pour conforter son mandat et sa majorité par le vote populaire avant les difficiles négociations sur la sortie de l’Union européenne.

Mme May a pris les rênes de l’exécutif, sans être élue, quelques jours après le coup de tonnerre du référendum du 23 juin 2016 où les Britanniques se sont prononcés à près de 52% pour un Brexit, conduisant son prédécesseur David Cameron à la démission.

Les prochaines élections législatives n’étaient prévues que pour 2020. Mais Theresa May, dont la popularité est au zénith, a estimé que c’était le bon moment pour tenter de renforcer sa légitimité et avoir les coudées franches, alors que s’ouvre une période de deux ans de discussions avec l’UE pour négocier un divorce qui s’annonce douloureux.

« Nous avons besoin de nouvelles élections et nous en avons besoin maintenant. Nous avons une opportunité unique de le faire avant d’entrer dans le vif des négociations » avec l’UE, a-t-elle déclaré.

 

Berlin espère que les élections britanniques apporteront de la « clarté »

L’Allemagne espère que la tenue d’élections anticipées au Royaume-Uni conduira à plus de « clarté » dans les négociations de sortie de l’Union européenne, a affirmé mardi le ministre allemand des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Toute forme prolongée d’incertitude ne va pas faire du bien aux relations entre l’Europe et la Grande-Bretagne. Espérons que les nouvelles élections convoquées aujourd’hui par la Première ministre (Theresa) May conduiront à plus de clarté, de prévisibilité dans les négociations avec l’Union européenne », a dit Sigmar Gabriel.

Des élections anticipées ne « changeraient pas les plans des 27 »

Les élections anticipées britanniques du 8 juin, proposées mardi par la Première ministre Theresa May, « ne changent pas les plans » des 27 pour les négociations à venir du Brexit, a indiqué à l’AFP un porte-parole du président du Conseil européen.

« Les élections britanniques ne changent pas nos plans de l’UE à 27 », a déclaré Preben Aaman, interrogé sur l’impact de ce scrutin sur le calendrier des négociations, dont des responsables européens ont estimé qu’elles pourraient commencer à partir de la fin mai.

Les dirigeants des 27 doivent adopter le 29 avril, lors d’un sommet à Bruxelles, leurs « orientations de négociations », sur la base de propositions déjà présentées par le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Des « directives » de négociations, plus détaillées, doivent ensuite être adoptées par les pays membres de l’UE, sans le Royaume-Uni, le 22 mai.

« Cela permettra aux 27 de commencer les négociations », a rappelé le porte-parole.

Ces négociations seront menées côté européen par le Français Michel Barnier, désigné par la Commission européenne, et son équipe, sur la base du mandat confié par les 27.

La livre britannique grimpe après l’appel à des élections anticipées

La livre sterling s’inscrivait en nette hausse mardi après que la Première ministre britannique Theresa May a appelé à des élections législatives anticipées au Royaume-Uni pour mieux affronter le Brexit.

La monnaie britannique a atteint son plus haut en deux mois face au dollar et en un mois et demi face à l’euro, à 1,2659 dollar pour une livre et à 84,25 pence pour un euro vers 10H50 GMT, les marchés voyant Theresa May, qui part favorite dans les sondages, « comme une force stabilisante », a estimé Kathleen Brooks, analyste chez Citi Index.

 

AFP

Source : lalibre.be

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply