Plus de 3 millions d’Algériens alphabétisés depuis le lancement de la stratégie nationale d’alphabétisation

Plus de 3 millions d’Algériens alphabétisés depuis le lancement de la stratégie nationale d’alphabétisation

Plus de trois millions d’Algériens ont été affranchis de l’illettrisme depuis le lancement de la stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme, a affirmé samedi à Tindouf Le Directeur de l’Office national d’Alphabétisation et d’Enseignement pour adultes (ONAEA).

Intervenant lors de la cérémonie de célébration de la Journée mondiale d’alphabétisation,(8 septembre), dont les festivités officielles ont été abritées cette année par la wilaya de Tindouf sous le thème

«Alphabétisation et développement des compétences», Kamel Kherbouche a indiqué que «la stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme a donné lieu au recul du taux d’illetrisme de plus de 22% à 09,44% à échelle nationale, selon les dernières données de l’ONAEA établies au mois de juillet dernier».

Cette stratégie a permis, a-t-il dit, «l’inscription et la réinscription, l’année dernièrement seulement, de 422.289 apprenants, des deux sexes, au niveau national et de plus de quatre (4) millions de personnes depuis la mise en œuvre  de cette stratégie nationale», a-t-il relevé.

Le même responsable a fait état, à ce titre, que les efforts de l’Etat fournis dans le cadre d’alphabétisation de l’insertion de l’année dernière de 12.000 apprenants au palier primaire, 2.139 à l’enseignement à distance et 2.448 dans le secteur de la formation professionnelle, avant d’ajouter  que 1.253 personnes ont été inscrites en langue amazighe à travers 23 wilayas.

M. Kherbouche a dévoilé, à l’occasion, le lancement, cette année, dans le cadre des efforts d’épanouissement et de lutte contre l’analphabétisme de la mise en £uvre dans le cadre d’une convention de partenariat entre

l’Algérie et l’Union Européenne (UE) d’un projet de modernisation des programmes d’alphabétisation destinés à la femme rurale, en plus d’un partenariat entre l’Office national d’enseignement et de formation à distance, portant création d’une passerelle éducative entre les deux offices pour aplanir les contraintes entravant l’enseignement des apprenants à distance.

La présidente de l’association Algérienne d’alphabétisation «IQRAA», Aicha Barki, a, de son côté, appelé à la reconduction des programmes d’apprentissage qui, a-t-elle dit, permettront le placement des alphabétisés, ajoutant que l’association «£uvre à mettre au point un programme efficace pour assurer l’insertion sociale des affranchis de l’illettrisme.

Mme. Barki a, à cette occasion, appelé les familles algériennes à «inciter leurs enfants à l’enseignement pour au moins une durée de six ans», avant de solliciter les pouvoirs publics à instaurer des «mesures coercitives obligeant l’enseignement aux  enfants pour mettre ainsi un terme au fléau de l’illettrisme en Algérie».

Les festivités officielles qui ont regroupé, au centre culturel islamique de la ville de Tindouf, de nombreux organismes, associations et acteurs de la société civile, ont donné lieu à des expositions mettant en exergue les statistiques et données sur le développement de la stratégie nationale  d’alphabétisation, en plus des activités du mouvement associatif activant dans ce domaine.

APS

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply