Partenariat : le Canada est la meilleure option pour l’Algérie

Partenariat : le Canada est la meilleure option pour l’Algérie

La Canada est le deuxième plus grand pays au monde, après la Russie. Situé dans la partie septentrionale de l’Amérique du Nord, C’est l’un des pays les plus puissants de la planète, et sur tous les plans.
Beaucoup ignorent que ce pays est une monarchie constitutionnelle fédérale, à régime parlementaire. Celle qui règne sur ce pays depuis 1952, n’est nul autre qu’Élisabeth II, reine d’Angleterre. 

Des relations excellentes avec l’Algérie

Les relations bilatérales entre le Canada et l’Algérie ont toujours été excellentes. La première visite officielle d’un président algérien, le 14 mai 2000, est venue scellé des relations diplomatiques qui datent depuis 1964.

Destination rêvée pour les algériens 

Selon le site du ministère de l’immigration, l’Algérie est la troisième source d’immigrants au Québec. Plus de 60.000 algériens ont choisi de s’établir au pays de l’érable, et plus particulièrement dans la ville de Montréal, capitale économique de la province du Québec.

En quelques années, le pays est devenu une destination de choix pour les étudiants algériens, et ce, malgré le coût d’une année scolaire qui peut atteindre facilement la somme de 35.000$ CAD. En 2014, 10.000 compatriotes ont choisi cette destination pour les vacances, et 6000 autres s’y installent définitivement chaque année.

Un nouveau Premier ministre très populaire 

trudeau_transparency_20140611

Étant une monarchie constitutionnelle, les canadiens n’ont pas de président. Ils élisent un un Premier ministre, le troisièmes lundi d’octobre dans la quatrième année civile qui suit la précédente élection.

Le 4 novembre 2015 c’est Justin Trudeau qui remporte les élections, à la tête du Parti Libéral du Canada (PLC). Immédiatement après sa victoire, il a enflammé les médias sociaux, et traditionnels, déjà par son jeune âge, sa simplicité, son élégance, et surtout par la rupture de ton qu’il a imposé dès son arrivée aux commandes du pays.

Il n’a en effet aucun rapport avec son prédécesseur, Stephen Harper, qui a failli faire du Canada un pays comme tous les autres, un suiveur sans âme ni conscience. Le Canada a d’ailleurs perdu sa place de pays pacifiste et écologiste au yeux de la communauté internationale, sous son « règne ».

Justin Trudeau est arrivé au bon moment pour insuffler une nouvelle dynamique à un grand pays qui commençais à souffrir des décisions plus que contestables des conservateurs de Stephen Harper.

Contrairement aux stratégies populistes directement importées du vieux continent, et plus précisément de la France, dont les gouvernements successifs ont démontré leur capacité à monter des scénarios catastrophes, élaborés pour maintenir l’électorat dans la peur, Justin Trudeau a voulu pour sa part rassembler tous les canadiens, toutes origines confondues, et dans le respect de leurs spécificités.

Un Élu pacifiste, avec une vision saine de l’avenir de l’humanité

Avec l’arrivée de Justin Trudeau à Ottawa, son principal objectif a été de redonner au Canada sa place de grand pays pacifiste. Lors de sa première discussion avec Barack Hussein Obama, il n’a pas hésité à l’informer de sa décision de rapatrier les avions de chasse canadiens engagés en Syrie. Une attitude courageuse et risquée, connaissant l’importance du marché américain pour l’économie canadienne.

Le Global Peace Index 2015 classe le Canada à la 7e position des pays les plus en paix au monde, sur un total de 162 pays. On le retrouve aussi dans le top 10 des meilleurs pays où il fait bon vivre la même année.

Pendant que les relations diplomatiques sont excellentes, les échanges commerciaux souffrent

L’Algérie est un partenaire de choix du Canada, et de beaucoup d’autres pays, dans la lutte contre le terrorisme. Son expérience réussie de la décennie noir a conféré à notre pays le statut d’expert mondial de la lutte contre ce fléau qui ravage l’humanité. L’Algérie a notamment soutenu plusieurs initiatives internationales du Canada.

Les deux pays entretiennent des relations commerciales dynamiques, mais encore insuffisantes vu le potentiel qu’offre le Canada en sa qualité de puissance mondiale, et l’Algérie qui est un partenaire de choix en Afrique, par sa situation, son potentiel, et sa sécurité, assurée par l’une des armées les plus efficace sur la planète.

Les échanges étant basés exclusivement sur les hydrocarbures du côté algérien, les opportunités de collaborations sont encore très importantes, et elles devraient être exploités, en urgence. si l’on veut sortir notre pays de ces anciennes alliances toxiques.

 

 

 

 

 

1 comment
Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • Idoubache ahmed
    30 juin 2016, 2 h 23 min

    Je tiens à l’ immigration à canada

    REPLY