Oranie: 66 affaires liées à la fuite de capitaux, de devises et de matières aurifères en 2016

Oranie: 66 affaires liées à la fuite de capitaux, de devises et de  matières aurifères en 2016
Photo APS

ORAN – Les services de la direction régionale des  Douanes d’Oran ont enregistré 66 affaires liées à la fuite de capitaux, de  devises et matières aurifères en 2016, a-t-on appris dimanche de Fawzi Mohamed Belkheir, formateur permanent à l’Ecole nationale des Douanes  d’Oran et enseignant à la faculté des sciences commerciales et économiques  de l’université de la capitale de l’Ouest algérien.

Animant une conférence sur « le mouvement des capitaux de et vers  l’étranger », organisée par la direction du commerce en collaboration avec  la Chambre du commerce et industrie de l’Oranie, M. Belkheir a indiqué que  ces affaires ont été passibles d’amendes estimées à 7,95 milliards DA.

Il a souligné, à ce titre, une baisse du nombre d’affaires par rapport à  2015, année où il a été enregistré 104 affaires qui se sont soldées par des  amendes de plus de 20 milliards DA et ce, suite au resserrement de l’étau  sur les contrebandiers par les services des Douanes.

Abordant la problématique de change en Algérie, imputée à plusieurs  raisons sociales et économiques, le conférencier a estimé qu’elle est due à  la « prolifération du phénomène du marché noir de devises en Algérie dans  les 30 dernières années, en raison de la hausse régulière des dépenses  publiques, la dévaluation du dinar, le manque de bureaux de change et la  forte demande sur les devises. »

« Le crime relatif au change est économique, et auquel il faut trouver des  solutions économiques et non pas juridiques comme c’est le cas  actuellement », (solutions) souvent « infructueuses », a-t-il relevé. Dans le même ordre d’idées, M. Belkheir a souligné que la disponibilité de  bureaux de change n’est pas une solution, vu qu’il  existe aujourd’hui 46  de ces bureaux agréés au niveau national et dont un « nombre réduit ne  dépassant pas quatre fonctionnent bien. »

Pour le conférencier, la solution réside dans « la relance de l’économie et  sa diversification ». M. Belkheir a fait remarquer, par ailleurs, que le monopole de l’Etat sur  les devises par la Banque centrale, contraignant les citoyens de trouver  une alternative dans le marché parallèle, « a pour finalité de préserver la  souveraineté de l’Etat », soulignant qu’ouvrir un marché de devises en Algérie « rend difficile leur maîtrise et que l’Etat doit veiller sur la  rationalisation des dépenses et la mise en place de normes et de  critères. »

 

APS

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply