Canada : Montréal a soif, elle veut de nouveaux immigrants, et vite

Canada : Montréal a soif, elle veut de nouveaux immigrants, et vite
Selon les résultats de l'étude de la chambre de commerce du Montréal métropolitain, les immigrants, qui constituent 27 % de la force de travail dans la grande région de Montréal, ne représentent pourtant que 18 % du nombre total d'employés des entreprises.

Immigration et mobilité sociale à Montréal

Cela fait des années que démographes et économistes nous mettent en garde contre la grave pénurie de main-d’oeuvre qui va bientôt frapper le Québec en raison du vieillissement de sa population, un phénomène inéluctable que seule une immigration bien planifiée permettra de combler les dizaines de milliers d’emplois qui vont se libérer.

Cette appréhension est d’ailleurs déjà devenue réalité dans bien des régions du Québec où l’absence de main-d’oeuvre disponible – qu’elle soit spécialisée ou non – constitue un véritable casse-tête pour des centaines d’entreprises.

Dans bien des cas, cette pénurie de travailleurs constitue même un frein au développement de quantité de PME qui se retrouvent dans l’incapacité de répondre à la demande tout simplement parce qu’elles n’ont pas les effectifs nécessaires pour le faire.

Cette réalité régionale où l’apport de travailleurs étrangers est devenu une nécessité pour faire rouler correctement l’économie est toutefois loin de s’avérer à Montréal, où immigration et mobilité sociale ne font visiblement pas bon ménage.

La chambre de commerce du Montréal métropolitain a dévoilé mercredi les résultats d’une étude qu’elle a réalisée auprès de quelque 700 entreprises de la grande région métropolitaine pour mesurer le taux d’intégration des immigrants au marché du travail montréalais et surtout évaluer leur représentativité dans les postes d’encadrement.

Les résultats, il faut le dire, sont déconcertants. Les immigrants, qui constituent 27 % de la force de travail dans la grande région de Montréal, ne représentent pourtant que 18 % du nombre total d’employés des entreprises.

Sur l’île de Montréal, les immigrants représentent 40 % de la main-d’oeuvre disponible mais seulement 23 % des effectifs des entreprises.

Et le portrait n’est guère plus reluisant lorsque vient le temps de dénombrer les cadres qui sont issus de l’immigration dans la grande région métropolitaine puisque les cadres immigrants constituent seulement 14 % de tous les cadres des entreprises recensées.

Le constat final est que non seulement les immigrants sont sous-représentés dans les entreprises montréalaises, mais une fois qu’ils sont embauchés, leur ascension dans des postes d’encadrement est limitée.

Heureusement, le sondage de la chambre de commerce apporte une lueur d’espoir puisque les immigrants sont très bien positionnés pour occuper un jour des fonctions de cadre. En effet, 38 % des employés immigrants sont jugés suffisamment qualifiés par leur employeur pour être promus un jour à une fonction de direction.

LA RÉALITÉ MOLLE DE MONTRÉAL

Une des raisons qui expliquent la sous-représentativité des immigrants au sein des équipes de direction d’entreprises montréalaises est la mollesse de l’économie de la ville, selon le président de la chambre de commerce de Montréal, Michel Leblanc.

« Montréal n’a pas encore pleinement profité de la reprise américaine, de la faiblesse du dollar canadien et du départ massif à la retraite des baby-boomers. Le marché du travail reste mou, et c’est chez les immigrants que l’on retrouve le plus haut taux de chômage », résume-t-il.

En 2014, le taux de chômage dans la région métropolitaine était de 7,0 % chez la population née au Canada, de 11,3 % chez les immigrants et de 18,5 % chez les nouveaux arrivants, soit les immigrants qui sont au pays depuis moins de cinq ans.

L’apprentissage et la maîtrise de la langue française sont bien évidemment des éléments temporisateurs sur la mobilité sociale des immigrants puisque 20 % des entreprises estiment que la maîtrise limitée de la langue constitue un frein à leur ascension professionnelle.

La non-reconnaissance des acquis et des compétences reste le principal frein à l’entrée sur le marché du travail de bien des immigrants et à leur progression subséquente en entreprise.

Selon une étude réalisée en 2012, 64 % des immigrants sur le marché du travail sont surqualifiés pour l’emploi qu’ils occupent. De façon générale, on observe que 50 % des immigrants accèdent après un an à un emploi qui correspond à leur scolarité et que 69 % d’entre eux y arrivent dans un délai de cinq ans.

Mais en définitive, le principal problème reste la modestie de l’activité économique de la grande région montréalaise. Avec une croissance projetée de son produit intérieur brut de 2,3 % en 2016, l’économie montréalaise devrait générer une progression de 1,7 % de l’emploi. C’est mieux que rien, mais encore bien insuffisant pour assurer une meilleure intégration des nouveaux arrivants et une plus grande mobilité sociale.

 

JEAN-PHILIPPE DÉCARIE
La Presse.ca

93 comments
Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

93 Commentaires

  • Chaouche
    31 mai 2016, 9 h 52 min

    en tant que père de famille,J’aimerai bien connaitre les modalités pratiques pour m’installer au Québec

    REPLY
  • Amine Yazid
    31 mai 2016, 17 h 00 min

    Mais si on prends en compte les délais de traitement de dossier qui sont vraiment long surtout pour les populations maghrébines (jusqu’à 4 ans), la solution ne sera pas pour demain.

    REPLY
  • haddad
    31 mai 2016, 18 h 56 min

    Je souhaite avoir tout les détails sur les démarches merci

    REPLY
  • saida
    1 juin 2016, 18 h 47 min

    J’aimerais bien tenter ma chance au canada

    REPLY
  • jasmine
    1 juin 2016, 19 h 04 min

    Maman d’une fille de 13ans,j’aimerai connaitre la procédure pour une eventuelle immigration, le canada reste un des pays qui offre une trés bonne qualité de vie aux enfants.

    REPLY