Mauvais sondages pour Hillary Clinton contre Donald Trump

Mauvais sondages pour Hillary Clinton contre Donald Trump
Photo AFP

Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump a pris l’avantage dans l’un des États les plus importants de l’élection présidentielle de novembre, la grande Floride (sud-est), selon un sondage paru mercredi.

Le milliardaire recueille 42 % des intentions de vote contre 39 % pour la démocrate Hillary Clinton, selon l’institut Quinnipiac, alors qu’elle avait huit points d’avance fin juin (3,1 points de marge d’erreur).

Dans l’Ohio (nord) et la Pennsylvanie (est), les deux candidats sont au coude-à-coude, sans changement depuis le mois dernier.

Lorsque la simulation inclut le candidat libertarien Gary Johnson, celui-ci obtient 7 % des intentions de vote en Floride et dans l’Ohio et 9 % en Pennsylvanie et, chaque fois, Donald Trump remporterait le match. La candidate verte Jill Stein recueillerait entre 3 et 6 % des voix.

Les sondages État par État sont importants en raison du mode de scrutin indirect de la présidentielle aux États-Unis. Le président sera en effet élu par un collège de grands électeurs, eux-mêmes élus dans les États.

Or, l’incertitude ne concerne qu’une douzaine d’États-clés qui oscillent d’une élection à l’autre entre Parti démocrate et Parti républicain. La Floride, l’Ohio et la Pennsylvanie sont parmi les plus grands d’entre eux.

Ces nouveaux chiffres s’ajoutent à d’autres sondages montrant que l’écart est faible entre les deux adversaires sur ces terrains d’affrontement.

Sur le plan national, la tendance est toujours en faveur d’Hillary Clinton, avec 45 % des intentions de vote contre 40,7 % pour Donald Trump, selon la moyenne des dernières études calculée par le site Real Clear Politics.

La démocrate a réussi à maintenir cette avance nationale en raison de sa popularité auprès des femmes, des jeunes et des minorités noire et hispanique. Mais l’affaire de sa messagerie privée, qu’elle a utilisée au lieu d’une adresse gouvernementale lorsqu’elle dirigeait la diplomatie de 2009 à 2013, a contribué à éroder son image auprès des Américains en général.

 

AFP

JDM

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply