L’ONU met en relief le rôle « actif » de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme international

L’ONU met en relief le rôle « actif » de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme international

Les Nations-Unies ont souligné le rôle « actif » de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme international, mettant en exergue les initiatives et les mesures prises pour contrer ce fléau aussi bien au niveau national qu’international.

L’Algérie a « activement participé à un certain nombre d’initiatives de lutte contre le terrorisme aux niveaux mondial, régional et bilatéral », relève le secrétaire général Antonio Gueterres, dans son rapport sur les mesures visant à éliminer le terrorisme international, publié à New York à l’occasion d’une réunion sur la prévention du terrorisme international organisée par la sixième commission de l’ONU chargée des questions juridiques.

Parmi ces initiatives, le rapport cite en particulier celles menées avec l’Espagne, la Russie, l’Indonésie, l’Italie, le Royaume-Uni, l’Irlande du Nord et les Etats-Unis.

Le rapport, se basant sur des données recueillies auprès des pays sur des aspects liés à la lutte antiterroriste, rappelle que l’Algérie a ratifié les 19 instruments universels de lutte contre le terrorisme, ainsi que la Convention arabe relative à la répression du terrorisme, la Convention de l’Organisation de l’Unité africaine sur la prévention et la lutte contre le terrorisme et la Convention de l’Organisation de la Conférence islamique pour combattre le terrorisme international.

L’Algérie a également adapté son propre cadre juridique pour le rendre conforme aux instruments internationaux en vigueur, notamment sur la question des terroristes étrangers, souligne le document.

Aussi, un dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme a été institué en application des traités internationaux et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

En outre, plusieurs dispositions relatives au gel et à la saisie des avoirs ont été mises en place dans le cadre du décret exécutif N.15-113 de 2015 et l’Algérie a rejoint le Groupe Egmont des cellules de renseignements financiers.

Le pays a également lancé d’ »importantes initiatives en matière de prévention de la radicalisation et de lutte contre les idéologies extrémistes », note le secrétaire général.

Dans les informations communiquées à l’organisation onusienne, l’Algérie a exposé dans le détail les nombreuses mesures législatives et institutionnelles prises au fil des ans en matière d’enquêtes et de poursuites relatives aux activités terroristes, relève l’ONU.

Elle a attiré l’attention, parmi les mesures les plus récentes, sur certaines modifications apportées au code pénal et au code de procédure pénale, qui ont donné aux autorités compétentes de nouveaux moyens.

Le document met en exergue « les nombreuses initiatives lancées par l’Algérie pour mieux assurer la sécurité intérieure ainsi que les réformes constitutionnelles de 2016 qui ont conduit au renforcement de l’Etat de droit, des institutions démocratiques et des droits de l’homme ».

Intervenant lors de la séance plénière, l’ambassadeur et représentant permanent de l’Algérie auprès de l’ONU, Sabri Boukadoum, a indiqué que la lutte contre ce fléau exigeait une mobilisation et une coopération multidimensionnelle aux niveaux national, régional et international.

« Ayant souffert des effets dévastateurs du terrorisme au cours des années 1990, l’Algérie a émergé comme un pays stable et sûr dans une région propice à l’instabilité et à la menace terroriste », a-t-il déclaré.

Les efforts du gouvernement pour s’attaquer aux racines du terrorisme s’étendent aussi à la coopération bilatérale avec les pays voisins, notamment en ce qui concerne le partage des pratiques optimales, a expliqué l’ambassadeur.

Dans la région du Sahel, l’Algérie continue de redoubler d’efforts, notamment dans le cadre du Comité d’état-major opérationnel conjoint (Cemoc) et de l’Unité de centralisation du renseignement et de liaison du Sahel.

Au niveau africain, l’Algérie accueille le Mécanisme de coopération policière africaine (Afripol) ainsi que le Centre africain d’études et de recherches sur le terrorisme (Caert), un organisme de l’Union africaine qui propose un niveau élevé d’expertise dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, rappelle à ce propos M. Boukadoum.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply