Les ressortissants interdits d’entrée aux États-Unis

Les ressortissants interdits d’entrée aux États-Unis
AFP / Joshua LOTT Le 28 janvier 2017 à l'aéroport international O'Hare à Chicago, des manifestants protestent contre le décret anti-réfugiés interdisant depuis vendredi soir l'entrée aux États-Unis de ressortissants de sept pays musulmans

Le décret promulgué vendredi soir par Donald Trump sur la « protection de la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux États Unis » interdit depuis vendredi soir l’entrée aux États-Unis de ressortissants de sept pays musulmans.

Il a pris par surprise de nombreuses personnes qui étaient déjà dans l’avion au moment de la signature du texte ou qui s’apprêtaient à partir, et causé des perturbations dans certains aéroports américains.

Voici les catégories de personnes directement concernées:

– Syriens: tous les Syriens, dont le pays est ravagé par la guerre depuis 2011, sont interdits d’entrée sur le territoire américain jusqu’à nouvel ordre.

– Ressortissants d’Iran, Irak, Yémen, Somalie, Soudan, Libye: le texte interdit l’entrée des États-Unis aux ressortissants de ces pays pour une durée de 90 jours, le temps de revoir les critères d’octroi de visas.

La Maison Blanche et le département d’État ont précisé samedi que le décret concernait tous les ressortissants de ces pays, à l’exception de ceux qui auraient la double nationalité américaine et certains visas diplomatiques.

– Cartes Vertes et Visas d’immigration aussi:

Le texte concerne donc également les personnes détentrices de visas d’immigration en règle, ou même d’une carte verte, le titre de séjour américain qu’il faut souvent des années pour obtenir.

Pour pouvoir entrer aux États-Unis, les titulaires d’une carte verte qui se trouvent actuellement à l’étranger doivent se rendre au consulat américain pour obtenir une autorisation spéciale, a précisé le département d’État.

Les ressortissants de ces pays titulaires d’une carte verte qui se trouveraient aux États-Unis et voudraient voyager devront eux aussi demander une autorisation préalable des autorités américaines pour pouvoir revenir.

– Tout le programme d’admission des réfugiés suspendu

Le décret de vendredi suspend par ailleurs pour quatre mois tout le programme américain d’admission de réfugiés, l’un des plus ambitieux dans le monde pour l’accueil de victimes de conflits.

Créé en 1980, il a permis d’accueillir aux États-Unis quelque 2,5 millions de personnes.

Le programme avait déjà été gelé pendant trois mois, juste après les attentats du 11 septembre 2001.

 

AFP

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply