Les reformes administratives au Maghreb doivent permettre à celle-ci d’être le principal axe du développement

Les reformes administratives au Maghreb doivent permettre à celle-ci d’être le principal axe du développement
Photo APS

BECHAR- Les reformes administratives au Maghreb doivent  permettre à l’administration publique d’être le principal axe du  développement économique ont estimé, jeudi à Bechar, les participants à une  rencontre sur « Les reformes administratives dans les législations  maghrébines ».

Les reformes administratives au Maghreb doivent permettre à  l’administration publique d’être le principal axe du développement  économique, par le jeu de la régulation, de la maîtrise de ses prestations  de services publics, des investissements, de la formation des hommes, et de la planification globale, ont-ils estimé lors de cette rencontre tenue à  l’Université Mohamed Tahri.

Ces réformes administratives dans les pays du Maghreb constituent un outil  de changement et de modernisation des administrations publiques pour leur  permettre de fournir des prestations à la hauteur des attentes des  administrés et surtout des impératifs de développement socio-économique des  pays de la région du grand Maghreb, ont-ils souligné.

Les communications présentées lors de la première séance de cette  rencontre maghrébine ont permis à plusieurs intervenants, des   universitaires nationaux et des universitaires spécialisés en Droit et  Sciences administratives et de gestion publique de Mauritanie, Tunisie,  Maroc, Libye et Egypte, de mettre l’accent sur l’importance de la poursuite  des efforts par les Etats des pays du Maghreb dans la modernisation et  l’amélioration des prestations de leurs administrations, l’utilisation des  nouvelles technologies de l’information et de la communication en tant qu’outil efficace de développement et d’amélioration du service public  administratif.

Les travaux de cette rencontre se poursuivent cet après-midi en présence  du secrétaire général du conseil consultatif des pays de l’union maghrébine  (UMA),  Saïd Mokkadem, autour de thèmes liés aux contraintes politiques,  économiques et sociales de la réforme administrative, le rôle de la société  civile dans la réforme administrative, la bonne gouvernance locale, et le  service public administratif.

Des recommandations tendant au renforcement et à la poursuite des reformes  des administrations maghrébines sont attendues à l’issue des travaux de  cette rencontre dont l’organisation s’inscrit au titre des contributions de  l’université au développement et à la valorisation des recherches dans les domaines concernant la modernisation des prestations des services publics,  a fait savoir le recteur de l’université de Bechar, Pr.Boudjemaa Abbassi.

 

APS

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply