LES DERNIÈRES NOUVELLES DU SYSTÈME SOLAIRE

LES DERNIÈRES NOUVELLES DU SYSTÈME SOLAIRE
C’est la toute première image du système de Jupiter prise le 21 juin par la sonde américaine Juno. La sonde se trouvait à 10 millions de kilomètres de la planète géante. Les quatre grands satellites de Jupiter, Ganymède, Callisto, Io et Europe, de gauche à droite, sont visibles sous un angle inédit et spectaculaire : la sonde va adopter une orbite polaire autour de Jupiter. Photo Nasa.

L’humanité n’est plus terrestre, notre civilisation est stellaire… Nos robots ont conquis l’ensemble du système solaire, cinq sondes ont depuis longtemps dépassé l’orbite de la dernière planète, plusieurs autres, au cœur de notre système planétaire, surveillent notre étoile 24 h sur 24 et de tous les côtés à la fois, des satellites tournent autour de la Lune, Vénus, Mars, Saturne, une planète naine, une comète, des robots arpentent la surface de Mars, de nouvelles sonde s’approchent d’astéroïdes, de Mars, de Jupiter…

Quelques-uns de ces robots ont une longévité presque humaine, certains ont été réparés en vol, à des centaines de millions de kilomètres d’ici, certains ont été détournés de leur trajectoire pour aller voir un peu plus loin, la plupart, dans l’esprit des gens qui lèvent les yeux vers le ciel et suivent en rêvant leur épopée planétaire, « s’humanisent ».

Vénus
La sonde japonaise Akatsuki tourne autour de la planète Vénus depuis décembre 2015, après s’être un peu perdue en route, depuis son départ du Japon en mai 2010… Elle étudie la planète sœur de la Terre, et son extraordinaire atmosphère, en attendant qu’un jour, enfin, une agence spatiale, lassée d’envoyer une sonde sur Mars tous les deux ans, ose rééditer l’exploit soviétique des années 1980, poser une sonde dans l’enfer de Vénus…

La planète Vénus, photographiée en infrarouge par la sonde japonaise Akatsuki. Photo Jaxa.

La planète Vénus, photographiée en infrarouge par la sonde japonaise Akatsuki. Photo Jaxa.

Mars
En orbite martienne, cinq satellites, Mars Odyssey, Mars Reconnaissance Orbiter, Maven, Mars Express, Mangalyaan ; à la surface de la planète rouge, deux robots explorateurs, Opportunity et Curiosity. Opportunity explore, à la simple force de ses panneaux solaires, la planète Mars depuis plus de douze ans ! Curiosity continue à gratter le sol à la recherche de signes de vie passée, et nous gratifie régulièrement d’un selfie… Aujourd’hui, le satellite Exomars s’approche de la planète rouge, et posera son module Schiaparelli en octobre prochain.

La toute première image de la planète Mars prise, à 40 millions de kilomètres de distance, par le petit télescope embarqué à bord de la sonde européenne Exomars. En octobre, Exomars se satellisera autour de la planète rouge, à seulement 400 kilomètres de distance. Photo ESA.

La toute première image de la planète Mars prise, à 40 millions de kilomètres de distance, par le petit télescope embarqué à bord de la sonde européenne Exomars. En octobre, Exomars se satellisera autour de la planète rouge, à seulement 400 kilomètres de distance. Photo ESA.
La sonde Curiosity explore la planète rouge depuis 2012. Photo Nasa.

La sonde Curiosity explore la planète rouge depuis 2012. Photo Nasa.

Cérès
Plus discrète que les missions martiennes, la mission Dawn est un magnifique succès techno scientifique. La sonde américaine a quitté la Terre en 2007 pour rejoindre le gros astéroïde Vesta. Après avoir étudié cet astre pendant un an, Dawn s’est ensuite dirigée vers la planète naine Cérès, autour de laquelle elle tourne actuellement en attendant la fin de sa mission, qui devrait intervenir au début de 2017, après dix ans de bons et loyaux services. A moins que la Nasa ne décide d’utiliser les dernières réserves de carburant de Dawn pour l’envoyer survoler un troisième astre ?

A 385 kilomètres d'altitude, la sonde Dawn a photographié en détail le mystérieux cratère Occator et ses spots blancs. Il s'agit de dépôts de sels dus à des résurgences d'eau salée à la surface de la planète naine... Photo Nasa.

A 385 kilomètres d’altitude, la sonde Dawn a photographié en détail le mystérieux cratère Occator et ses spots blancs. Il s’agit de dépôts de sels dus à des résurgences d’eau salée à la surface de la planète naine… Photo Nasa.

Churyumov-Gerasimenko
La désormais célébrissime comète s’éloigne progressivement du Soleil et de la Terre, emportant avec elle la sonde européenne Rosetta. Distante de près de 500 millions de kilomètres du Soleil en cette fin de mois de juin, la comète voit son activité baisser progressivement et la sonde peut s’approcher de plus en plus près. A l’automne, après nous avoir offert des images d’une résolution inégalée – des détails de quelques centimètres seront visibles sur ses dernières images – la sonde se posera sur la comète, non loin du module Philaé. L’une des plus spectaculaires missions spatiales de l’histoire s’achèvera alors.

La comète Churyumov-Gerasimenko, photographiée par la sonde européenne Rosetta en juin 2016. Photo ESA.

La comète Churyumov-Gerasimenko, photographiée par la sonde européenne Rosetta en juin 2016. Photo ESA.

Jupiter
La sonde américaine Juno va arriver dans un mois dans le système de Jupiter ! Ce sera la seconde mise en orbite d’un satellite autour de la planète géante, après Galileo, à la fin du siècle dernier.

C'est la toute première image du système de Jupiter prise le 21 juin par la sonde américaine Juno. La sonde se trouvait à 10 millions de kilomètres de la planète géante. Les quatre grands satellites de Jupiter, Ganymède, Callisto, Io et Europe, de gauche à droite, sont visibles sous un angle inédit et spectaculaire : la sonde va adopter une orbite polaire autour de Jupiter. Photo Nasa.

C’est la toute première image du système de Jupiter prise le 21 juin par la sonde américaine Juno. La sonde se trouvait à 10 millions de kilomètres de la planète géante. Les quatre grands satellites de Jupiter, Ganymède, Callisto, Io et Europe, de gauche à droite, sont visibles sous un angle inédit et spectaculaire : la sonde va adopter une orbite polaire autour de Jupiter. Photo Nasa.

Saturne
C’est l’une des missions spatiales les plus spectaculaires de l’histoire : l’américaine Cassini, avec à son bord l’européenne Huygens, a quitté la Terre il y a dix neuf ans, en 1997. Après avoir largué Huygens, qui s’est posée sur Titan, Cassini a commencé en 2004 à tourner autour de Saturne, nous révélant son atmosphère, ses anneaux, ses satellites. La fin de cette mission est prévue dans un an, avec un final grandiose, la plongée dans la planète géante, après nous avoir offert des images inédites de ses anneaux…

La planète Saturne, vue par la sonde Cassini en juin 2016. Photo Nasa.

La planète Saturne, vue par la sonde Cassini en juin 2016. Photo Nasa.

Neptune
Aucune sonde ne tourne autour des planètes Uranus et Neptune, mais les télescopes terrestres sont désormais si puissants qu’ils peuvent observer ces mondes lointains en détail. C’est Hubble, en orbite terrestre, qui vient de découvrir une tempête dans l’atmosphère de la dernière planète. Celle-ci n’a été visitée qu’une fois, en 1989, par la sonde Voyager 2, personne ne sait quand une seconde mission spatiale sera envoyée vers Neptune et son fascinant satellite Triton…

La planète Neptune, à 4,5 milliards de kilomètres du Soleil, vue par Hubble en juin 2016. Photo Nasa/ESA/STSCI.

La planète Neptune, à 4,5 milliards de kilomètres du Soleil, vue par Hubble en juin 2016. Photo Nasa/ESA/STSCI.

 

 

Par Serge Brunier
Science & Vie

 

1 comment
Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

1 Comment

  • Djamel AIT AMRANE
    26 juin 2016, 15 h 47 min

    La vie en elle même est stellaire, nous sommes comme disait Hubert Reeves, les enfants des étoiles.
    Nous sommes constitués d’éléments issues de la mort d’ étoiles, la vie telle que nous la connaissons est basée sur un atome fondamental, le Carbone !
    Mais qui sait, peut être qu’il existe d’autres civilisations basées sur d’autre éléments autre que le Carbone ?
    Une chose est certaine, tout les constituants de la matière trouvent leurs origines dans des étoiles en fin de vie.
    La mort engendre la vie dans un cycle perpétuel !

    REPLY