Le Venezuela se retire de l’Organisation des Etats américains

Le Venezuela se retire de l’Organisation des Etats américains
AFP / FEDERICO PARRA Heurts entre manifestants et forces de l'ordre le 26 avril 2017 à Caracas, au Venezuela

Le Venezuela, secoué par une vague de manifestations de l’opposition où une trentaine de personnes ont perdu la vie en près d’un mois, a annoncé mercredi son retrait de l’Organisation des Etats américains (OEA), accusée d' »ingérence » par le gouvernement du président Nicolas Maduro.

« Demain (jeudi) nous présenterons une plainte devant l’OEA et nous lancerons un processus qui prend 24 mois » pour faire sortir le pays sud-américain de cet organisme régional basé à Washington, a annoncé à la télévision la chef de la diplomatie vénézuélienne Delcy Rodriguez.

L’OEA, dont le secrétaire général Luis Almagro a traité le chef de l’Etat vénézuélien de « dictateur », s’est réunie mercredi pour convoquer un mini-sommet des ministres des Affaires étrangères de la région sur la crise vénézuélienne, sans préciser de date.

Mme Rodriguez avait déjà menacé mardi soir de quitter l’organisation si une telle réunion avait lieu. Début avril, elle avait accusé plusieurs pays de la région d’agir de concert en faveur d’une ingérence dans les affaires du Venezuela, pour « satisfaire les intérêts de Washington ».

De son côté, M. Almagro, l’un des plus critiques à l’international envers M. Maduro, avait annoncé à diverses reprises vouloir invoquer la charte démocratique de l’organisme pour obtenir la suspension de Caracas de l’OEA.

Ce coup d’éclat diplomatique intervient alors que des affrontements ont a nouveau opposé mercredi la police et les opposants au gouvernement.

– Pluie de gaz lacrymogènes –

Les deux groupes se sont fait face sur l’autoroute Francisco-Fajardo, voie d’accès à la capitale et théâtre des précédents heurts, sous une pluie de gaz lacrymogènes et jets d’eau d’un côté, de cocktails Molotov et de projectiles de l’autre.

Plusieurs autres défilés en faveur d’élections anticipées ont eu lieu à travers le pays.

AFP / FEDERICO PARRAManifestation de partisans du président Maduro, le 26 avril 2017 à Caracas


Vêtus de blanc et portant des drapeaux rouge, jaune et bleu du Venezuela, les antichavistes (du nom du défunt président Hugo Chavez, 1999-2013) n’avaient qu’un objectif: atteindre le coeur de Caracas, considéré comme un bastion du pouvoir, pour manifester devant les locaux du Défenseur du peuple, l’autorité devant veiller au respect des droits de l’homme.

Comme les autres fois, ils en ont été empêchés par les forces de l’ordre. Signe de l’atmosphère rendue irrespirable à cause des gaz lacrymogènes, une école proche des heurts à Caracas a dû être évacuée, à constaté l’AFP.

« Je veux mourir dans un Venezuela libéré de la dictature. Cela fait près d’un mois que je proteste et je vais continuer jusqu’à ce que nous en finissions », a déclaré à l’AFP Elizabeth Freites, 77 ans.

Jeudi, les députés de l’opposition, majoritaire au Parlement, ont prévu de tenir une séance dans un lieu public et de rendre hommage au dernier manifestant mort à Caracas.

Ramon Muchacho, le maire de Chacao, un quartier de Caracas, a dénoncé sur Twitter la mort de ce jeune homme de 20 ans, hospitalisé mercredi « sans signes vitaux » après avoir été touché à la poitrine par une cartouche de gaz. Le ministère public a confirmé ce décès.

Un peu plus tôt, le parquet avait annoncé la mort dans la nuit précédente d’un homme de 22 ans blessé par balle lundi durant une manifestation à Valencia (nord).

– 28 morts –

Au total, on compte déjà 28 morts, selon le dernier bilan du parquet -29 selon le chef de l’Etat- qui a dénombré aussi 437 blessés et 1.289 personnes arrêtées pour divers troubles et saccages.

Ce bilan est le plus lourd depuis la vague de manifestations de 2014 qui avait fait officiellement 43 morts.

AFP / Gal ROMA, Sophie RAMISVenezuela : morts lors de manifestations

Presque toutes ces marches d’avril ont dégénéré en heurts et pillages. A cela s’est ajoutée la violence exercée par les « colectivos », des groupes de civils armés par le gouvernement, selon l’opposition.

Par ailleurs, 14 journalistes au total ont été arrêtés et 106 agressés en quatre semaines, a indiqué le Syndicat national des travailleurs de la presse.

L’étincelle à l’origine de cette vague de manifestations, quasi-quotidiennes depuis début avril, a été la décision de la Cour suprême de s’arroger les pouvoirs du Parlement, seule institution contrôlée par l’opposition depuis fin 2015.

Presque toutes ces marches d’avril ont dégénéré en heurts et pillages. A cela s’est ajoutée la violence exercée par les « colectivos », des groupes de civils armés par le gouvernement, selon l’opposition.

Par ailleurs, 14 journalistes au total ont été arrêtés et 106 agressés en quatre semaines, a indiqué le Syndicat national des travailleurs de la presse.

En réponse à ces manifestations de l’opposition, les soutiens du gouvernement ont marché en masse mercredi vers le palais présidentiel de Miraflores, pour écouter le chef de l’Etat.

L’étincelle à l’origine de cette vague de manifestations, quasi-quotidiennes depuis début avril, a été la décision de la Cour suprême de s’arroger les pouvoirs du Parlement, seule institution contrôlée par l’opposition depuis fin 2015.

L’opposition avait dénoncé une tentative de « coup d’Etat » et l’indignation diplomatique provoquée avait finalement forcé l’autorité judiciaire à faire marche arrière 48 heures plus tard.

Dans ce pays pétrolier dont l’économie s’est effondrée avec la chute des cours du brut, la majorité des aliments et médicaments sont introuvables. Sept Vénézuéliens sur dix souhaitent le départ de M. Maduro, selon un sondage Venebarometro.

 

AFP

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply