Le PDG d’Apple Tim Cook déclare la guerre aux « fake news » qui « détruisent le cerveau »

Le PDG d’Apple Tim Cook déclare la guerre aux « fake news » qui « détruisent le cerveau »
lutte contre les fake news. Tim Cook PDG d'Apple Le PDG d'Apple lance un appel à lutter contre les "fake news". MARCIO JOSE SANCHEZ/AP/SIPA

Le PDG d’Apple Tim Cook Daily a appelé dans un entretien au journal britannique Daily Telegraph a une campagne de grande envergure pour la lutte contre les fake news.

Les GAFA déclarent la guerre aux « fake news ». Après l’annonce du partenariat entre Facebook et Google pour mettre à jour les règles de leurs moteurs afin de vérifier l’exactitude des informations relayées sur leurs plateformes (un travail entrepris avec le concours de rédactions partenaires), c’est au tour d’Appel de fourbir ses armes.

Son PDG Tim Cook a ainsi utilisé les colonnes du journal britannique Daily Telegraph pour lancer un appel aux entreprises du secteur techno pour créer de nouveaux outils afin de lutter contre la diffusion de fausses informations visant à duper les lecteurs. « Nous, entreprises technologiques, devons créer des outils pour aider à réduire le volume de fausses informations », a déclaré Tim Cook à nos confrères d’Outre-Manche, ajoutant que cela doit se faire « sans empiéter sur la liberté d’expression et la liberté de la presse ».

Tim Cook appelle à une campagne de grande envergure contre les fake news

Quels pourraient être ces outils et ces algorithmes ? Le patron d’Apple n’en dit pas plus à ce sujet. Il appelle néanmoins à une « campagne de grande envergure », notamment dans les écoles d’ingénieurs et d’informatique. « Nous traversons une période dans laquelle, malheureusement, ceux qui réussissent sont ceux qui s’emploient à faire le plus de clics possible, pas ceux qui essaient de transmettre la vérité. Cela détruit le cerveau des gens », affirme Tim Cook.

La question inquiète maintenant particulièrement l’Europe, qui entre dans une période électorale à haute tension. La France redoutent notamment que des campagnes de désinformation sur le web puissent avoir un impact sur le résultat des élections. En janvier 2017, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian avait déjà recommandé la « plus grande vigilance »face au risque potentiel de piratages informatiques ou de« cyberdéstabilisation » de l’échéance électorale d’avril et mai prochain.

 

OL avec AFP

Source: sciencesetavenir.fr

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply