Le monde doit passer de la gestion des crises à leur prévention

Le monde doit passer de la gestion des crises à leur prévention
28e sommet de l'UA: intervention du SG de l'Organisation des Nations unies, Antonio Guterres Photo-APS

ADDIS ABEBA – Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres a indiqué lundi à Addis-Abeba que le monde « doit passer de la gestion des crises à leur prévention », précisant que cette prévention ne saurait se réduire uniquement aux conflits.

« Notre monde doit passer aujourd’hui de la gestion des crises à leur prévention. Trop souvent, nous intervenons trop tard et trop peu », a déclaré M. Guterres à l’ouverture du 28ème sommet de l’Union africaine, auquel prend part le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en sa qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

Toutefois, M. Guterres a indiqué que cette prévention « ne saurait se réduire uniquement aux conflits », estimant que le moyen de prévention « le plus efficace » et « la voie la plus sûre » pour parvenir à une paix durable était le développement « inclusif et durable ».

Le SG de l’ONU a souligné que plusieurs stratégies peuvent amener à atteindre cet objectif, citant le Programme de développement durable à l’horizon 2030, l’Accord de Paris sur les changements climatiques et le Programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement.

Concernant les stratégies africaines, il a cité l’Agenda 2063 et le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

« Nos équipes des Nations Unies sont à votre disposition pour mettre en adéquation le plus efficacement possible les stratégies convenues au niveau mondial et votre vision et vos plans continentaux, fondés sur les priorités définies par les gouvernements et les populations africaines », a déclaré le SG de l’ONU à l’adresse des dirigeants africains.

Par ailleurs, il s’est félicité du thème retenu pour ce sommet « exploiter le dividende démographique en investissant dans le jeunesse », soulignant la nécessité d’investir davantage dans la jeunesse « pour lui donner des opportunités et de l’espoir ».

« Plus de trois africains sur cinq ont moins de 35 ans et qui dit potentiel immense dit plus d’investissement dans l’éducation, la formation, l’emploi décent et l’exhortation des jeunes à bâtir leur avenir », a-t-il ajouté.

Abordant le partenariat Afrique-ONU, M. Guterres a estimé que les deux parties peuvent notamment envisager de renforcer leur partenariat stratégique dans la mise en œuvre de l’Agenda 2063 et dans la promotion de la paix et de la sécurité et des droits de l’homme.

Il a aussi exprimé la volonté de son organisation à renforcer son partenariat avec les 8 communautés économiques régionales du continent et à accompagner les efforts que mènent les pays africains pour mettre en œuvre l’initiative « Faire taire les armes d’ici 2020 », notamment en renforçant son appui à l’Architecture africaine de paix et de sécurité.

« J’ai l’intention de travailler avec l’Union africaine pour soumettre une série de propositions concrètes au Conseil de sécurité sur un financement prévisible, fiable et durable des opérations de maintien de la paix et de la sécurité », a annoncé M. Guterres.

Il a en outre affirmé que l’ONU encouragera l’intégration régionale, en particulier les initiatives visant à créer une zone de libre-échange à l’échelle continentale.

 

APS

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply