Le ministre de l’industrie l’a annoncé hier: Bientôt des voitures à moins de 1 million de dinars

Le ministre de l’industrie l’a annoncé hier: Bientôt des voitures à moins de 1 million de dinars

Youcef Yousfi ne s’est pas étalé sur les détails, mais ses prévisions sur les prix des voitures montées localement sont optimistes.

Le ministre de l’Industrie et des Mines, invité du forum d’El Moudjahid, a indiqué, hier, que la production de véhicules actuellement à hauteur de 100 000 unités passera à 400 000 unités/an en 2020. Il a ajouté que des véhicules seront bientôt montés en Algérie et commercialisés sur le marché national à moins de 100 millions de centimes.
Il n’a, cependant, fourni ni le nom du constructeur, ni la marque, ni le modèle en question. Sur les prix des véhicules fabriqués en Algérie, Youcef Yousfi a mentionné que leur prix suivant le cahier des charges ne doit pas  être supérieur à celui importé. Le ministère est chargé de faire respecter cette réglementation. Il a également rappelé que l’exportation est une obligation contenue dans ce cahier des charges. Le cahier des charges fixe également un taux d’intégration précis de la première jusqu’à la 5e année où ce taux doit atteindre les 40%. Le ministre a également indiqué qu’une dizaine de demandes d’implantation d’usines de montage de véhicules en Algérie de la part d’opérateurs algériens associés à des constructeurs étrangers ont été déposées. Ces dossiers de nouveaux constructeurs, qui ont des projets d’usines de montage, sont à l’étude au niveau de son département, a-t-il indiqué. Après l’approbation des demandes par le ministère, ils  doivent recevoir l’accord ou non du Conseil national de l’investissement. Sur une question pertinente de la presse à propos de l’introduction de véhicules électriques en Algérie rendue nécessaire par l’évolution de l’automobile dans le monde, il a affirmé que l’environnement et les automobilistes en Algérie  ne sont pas prêts pour la circulation de ces modèles. “Nous ne maîtrisons pas cette technologie. Mais si les constructeurs présents optent pour le montage de ce type de voitures à des fins d’exportation, nous sommes prêts à négocier.” Concernant le foncier, il a reconnu que nombre d’assiettes de terrain ont été détournées de leur vocation. Il a ajouté que les pouvoirs publics agissent pour récupérer ces terres destinées à l’investissement. Le ministre a invité les industriels à investir dans les Hauts-Plateaux, le sud et le nord du pays étant saturés.
Dans sa présentation de l’évolution du secteur, le ministre a indiqué qu’entre 2002 et 2017, plus de 52 000 projets d’une valeur de 6 200 milliards dont 4 200 milliards pour le secteur de l’industrie (8 000 projets industriels) créant plus de 500 000 emplois ont été enregistrés par l’Andi. Pour l’année 2017, cette agence recense 5 000 projets pour l’industrie générant 167 000 emplois. Les projets en partenariat avec des opérateurs étrangers entre 2002 et 2017 s’élèvent à 700 pour une valeur de 1 500 milliards de dinars.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply