Le ministère de la Santé veut réduire la natalité à 2 enfants par femme d’ici à 2035

Le ministère de la Santé veut réduire la natalité à 2 enfants par femme d’ici à 2035
Photo-APS

La maîtrise du taux de natalité est une nouvelle préoccupation du ministère de la Santé car le nombre de naissances a atteint plus d’un million en Algérie à cause du relâchement de la politique de planification familiale. Le gouvernement se doit d’être plus vigilant s’il ne veut pas avoir une autre crise à gérer d’ici les prochaines années.

Alors que la fécondité a baissé ces dernières années en Algérie, le taux de natalité quant-à-lui est encouragé par le mariage à un plus jeune âge ainsi qu’un un taux de mortalité infantile en baisse de 14 points (soit 22 décès pour 1 000 naissances en moyenne). Ce nouveau « baby boom » est dû en partie à un taux de nuptialité qui a été multiplié par deux. En effet, plus de 369 000 mariages ont été enregistrés durant l’année 2015 contre 177 000 enregistrés en 2000, soit une moyenne de 9 mariages par 1000 habitants contre 5/1000, ce qui explique cette croissance du taux de natalité.

 Le ministère de la Santé a dont décidé d’appliquer une stratégie sur la population avec l’objectif de réduire la natalité à 2,1 enfants par femme d’ici à 2035, selon le directeur des programmes de population au ministère, Amar Ouali. Cette déclaration a été faite Samedi dernier à Alger à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la sage-femme. Dans une conférence intitulée «Pratiques de population et planification familiale », Mr Amar Ouali a rappelé que la politique de planification familiale et de régulation des naissances, adoptée par le ministère durant les années 1970, avait donné ses fruits et a permis de suivre une politique nationale de la population adaptées aux moyens du pays.

« La natalité est passé de 7 enfants par femme en 1983 à 2,4 enfants en 2002 avant d’augmenter à 3 enfants par femme actuellement alors que l’objectif est de le réduire à 2,1 enfants», a-t-il expliqué. Mais avant de parvenir à cet objectif, le directeur des programmes de population au ministère a constaté que les naissances ont augmenté à 1 millions et 50 000. Cet élément montre, selon le même responsable que les moyens de contraception ne sont utilisés que par un peu plus de la moitié des femmes en âge de procréer.

En effet et selon une enquête menée en 2012, il apparaît que 57% des femmes utilisent ces moyens alors que 7% d’entre elles ne désirant pas avoir d’enfants mais ne n’utilisent aucun moyen de contraception pour diverses raisons.

2 comments
Yasmine Amziane
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply

2 Commentaires

  • yacine
    8 mai 2017, 13 h 44 min

    âpres avoir fait des investissement dénué de sens comme la grande mosquée de Ramses 2 on essai de faire des économie sur le dos de jeunes couple. c’est tout bonnement ridicule.

    REPLY
  • zeghar
    8 mai 2017, 22 h 54 min

    وزير الصحة يخطط لخفض معدّل الولادات في الجزائر إلى معدل 2 طفل/إمرأة
    هذا دليل واضح على أن سياسة بوتفليقة خاضعة للماسونية العالمية التي تريد خفض عدد السكان في العالم. هل فهمتم الآن لماذا بوتفليقة نشر الفساد الأخلاقي؛ الطلاق والخلع؟
    هذا ليس في مصلحة الجزائر التي تحتاج 100 مليون مواطن نظرا لمساحتها، كما أن خفض الولادات ستنجم عنه مشاكل إقتصادية عدة، مثلا سيَفُوق المتقاعدين الفئة العاملة الشابة بعشرات المرات ، ولا نستطيع دفع معاشات الملايين من المتقاعدين

    REPLY