Le film Ben M’hidi interdit de projection en Algérie

Le film Ben M’hidi interdit de projection en Algérie

Le film Ben M’hidi de Bachir Derrais, dont la sortie internationale est prévue pour le mois en cours, est interdit de projection en Algérie, a annoncé, hier, le réalisateur de cette fiction historique consacrée au parcours du martyr de la Révolution algérienne, assassiné le 4 mars 1957 à Alger sur ordre du général français Paul Aussaresse.

Dans un message posté hier sur Facebook, le réalisateur écrit : «Chers amis journalistes, ce matin, vous étiez très nombreux à m’envoyer vos questions sur l’interdiction de la projection de mon film Ben M’hidi en Algérie.  Effectivement, le film est interdit officiellement, mais je vous demande d’être indulgents, laissez-moi le temps de contacter mes partenaires, mes avocats afin d’analyser cette interdiction

Bachir Derrais, qui a publié également la photo d’une enveloppe envoyée par le ministère des Moudjahidine à la Sarl Les films de la source, n’en dit pas plus sur cette censure qui frappe son produit cinématographique, dont une partie du budget (près de 520 millions de dinars) a été débloquée à parts égales par les ministères de la Culture et des Moudjahidine. Ce long métrage de plus de 2 heures, dont le scénario a été écrit par l’écrivain-journaliste Mourad Bourboune, devait sortir à la même période, soit en septembre 2018, en France, en Italie, au Portugal et au Canada, avait annoncé, il y a quelques mois, le réalisateur, cité par l’agence officielle APS.

Dans une déclaration faite à El Watan en septembre 2017, Bachir Derrais a estimé qu’il s’agit d’une première qu’un réalisateur algérien ose lever le voile sur la genèse, les conflits des clans, les profils des initiateurs de la guerre d’indépendance, dans un film cinématographique.

«Ce film n’est pas un produit fait sur commande, ou un film d’occasion. Il a été réalisé minutieusement en se basant sur des faits historiques et des témoignages crédibles. Je n’ai pas fait un film de fiction ou une version officielle, et je ne sais pas les faire», a-t-il déclaré. Et d’ajouter : «Je me suis basé aussi dans ce film sur l’aspect politique de la Révolution. Car j’ai constaté que les films sur cette partie de l’histoire d’Algérie étaient injustes, on a occulté l’aspect politique de la guerre, de sa genèse et de ses initiateurs. Je veux dire l’élite politique.»  Pour rappel, le tournage de ce film, fait en Algérie et dans des studios en Tunisie où l’équipe technique a pu reconstituer le décor de l’époque coloniale, a connu de nombreuses difficultés ayant engendré un arrêt de 8 mois. «Avant même le début du tournage, le projet a été bloqué, entre 2012 et 2013, par une directive gouvernementale qui précise que tout film sur la Révolution doit être soumis à une autorisation spéciale, une autorisation que nous n’avons obtenue qu’en 2014 (…).

Par la suite, les partenaires étatiques ont exigé que le financement du film soit à 100% algérien. C’est ce qui nous a encore retardés du fait que nous avions, à cette époque, des contacts avec des coproducteurs étrangers. Par ailleurs, quand on a, enfin, pu commencer le travail, avec deux ans de retard, nous avons subitement perdu entre 15 et 20% de notre budget suite à la dévaluation du dinar et la flambée du prix d’achat des devises (…). Beaucoup de sponsors ont revu leurs promesses à la baisse, certains les divisant par quatre. On a donc été obligés d’arrêter le tournage durant huit mois, jusqu’au moment où le ministre de la Culture, Azzeddine Mihoubi, a pris en charge les choses», avait soutenu le réalisateur du film dans un entretien accordé en novembre 2016 au quotidien Reporters.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply