Le contrôle de l’eau potable s’effectue à travers l’analyse de 80 indices

Le contrôle de l’eau potable s’effectue à travers l’analyse de 80 indices

Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib a indiqué, jeudi à Oran, que le contrôle de l’eau potable sur le réseau de distribution public s’effectue à travers l’analyse de 80 indices.

Lors d’un point de presse en marge de sa visite dans la wilaya, le  ministre a déclaré que « le contrôle de la qualité de l’eau est un acte  soumis à des mesures énoncées par la loi, où l’analyse de 80 indices est  effectuée sur la totalité de la chaîne de distribution, de la source au  réseau et avant l’arrivée de l’eau dans le robinet ».

M. Necib a affirmé que « l’eau fournie à travers le réseau de distribution public est soumise à un contrôle rigoureux et des analyses précises suivant  les règles de loi et non pas de manière improvisée », ajoutant qu’elle est  de qualité et n’a de lien à aucun problème de santé.

Au sujet d’analyse des indices garantissant l’arrivée d’une eau de qualité  au robinet, le ministre a expliqué que certains indices sont analysés  périodiquement et d’autres quotidiennement et même plusieurs fois par jour,  soulignant que des grands efforts techniques sont déployés pour assurer une  présence équilibrée du taux de chlore dans l’eau distribuée à travers le  réseau.

A une question au sujet de pollution de l’eau fournie à travers le réseau  de distribution public, M. Necib a rassuré qu’en cas du moindre doute  pendant l’analyse, l’approvisionnement sur la partie suspecte est immédiatement interrompu avant la connaissance du résultat d’analyse.

Au passage, il a affirmé qu’aucun cas de ce genre n’a été enregistré et qu’aucune négligence de la part de ceux qui veillent à la fourniture d’une  eau de qualité au citoyen n’a été constatée.

En ce qui concerne l’eau potable livrée aux citoyens dans des citernes par  des privés, le ministre a assuré que cette opération est régie par la loi,  indiquant que les autorisations de vente sont délivrées par les walis.

Il a ajouté que toute infraction à la loi comme le non respect des  conditions de santé est passible de sanction.

A la station de dessalement de l’eau de mer d’El Macta dans la commune de Mers El Hadjadj, le ministre a exprimé sa désapprobation quant à la  programmation d’arrêt technique en été pouvant durer une longue période au lieu de 10 jours au plus tard, surtout que cette saison connait une forte demande sur l’eau dans la wilaya d’Oran.

Au site de pompage des eaux traitées au niveau de la station de traitement et d’épuration des eaux usées à El Kerma (sud d’Oran), Hocine Necib s’est engagé devant les agriculteurs de la plaine de Mléta qui accueille, dans un projet agricole structurant concernant en une première étape 6.200 hectares, d’oeuvrer à améliorer la qualité de l’eau épurée utilisée dans la culture de légumes.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply