Le Canada et le G7

Le Canada et le G7
Crédit Photo : Tva nouvelles

La rencontre des sept plus grandes démocraties du monde est toujours un événement très médiatisé. Malheureusement, le pouvoir réel de ces sept pays sur le monde est de moins en moins grand. Paradoxalement, ou peut-être pour cette raison, les problèmes mondiaux sont de plus en plus graves.

Cette année, le G7 a choisi de se pencher sur des problèmes économiques et de sécurité. Le gouvernement chinois a averti les sept dirigeants de ne pas discuter de ses revendications territoriales en mer de Chine. Mais c’est peine perdue. Les dirigeants du G7 vont certainement durement condamner la Chine.

1• À quoi sert le G7 ?

Au fond, le G7 se résume à deux fonctions principales. La première consiste à rassurer. Les dirigeants du G7 posent un diagnostic sur l’état du monde. Ils définissent les limites à l’intérieur desquelles ils estiment que les problèmes internationaux les plus pressants devraient évoluer. Au-delà de ces limites, ils interviendront. La seconde fonction du sommet est de constituer un front commun autour de certaines questions. Comme d’habitude dans ce genre de réunion, les dirigeants tentent de négocier entre eux les points litigieux sur lesquels les fonctionnaires, puis les ministres ne sont pas parvenus à s’entendre. À cette réunion du Japon, deux sujets dominent l’agenda: l’économie et la sécurité.

2• Quels sont les enjeux économiques de ce sommet ?

Les enjeux économiques sont nombreux: risques de dévaluation des monnaies, volatilité des capitaux, dette de la Grèce, politiques d’investissement, etc. Mais le problème le plus pressant est sans doute celui de la possibilité que la Grande-Bretagne sorte de l’Union européenne, le Brexit.

3• Quelle est la position des dirigeants du G7 face au Brexit ?

Les dirigeants du G7 sont contre, ne serait-ce qu’en raison des turbulences économiques fortes que provoquerait le Brexit. David Cameron, le premier ministre anglais aura dévoilé aux autres leaders les développements les plus récents sur le sujet. Mais les déclarations de dirigeants comme Obama contre le Brexit constituent une intrusion dans la politique intérieure de la Grande-Bretagne. Elles laissent penser que le Brexit est plus probable que le gouvernement anglais ne veut bien l’admettre en public.

4• Quels sont les enjeux sécuritaires de ce sommet ?

Ici encore les enjeux sont très nombreux. Justin Trudeau s’est fait le champion de la politique de non-paiement de rançon en cas d’enlèvements par des terroristes. Cruelle pour les familles des victimes et difficile à gérer dans l’opinion publique, cette politique est néanmoins la seule qui soit viable à long terme. Le plus important sujet de discussion a cependant dû être la revendication territoriale maritime de la Chine en mer de Chine. Là-dessus, les démocraties du G7 ont fait front commun et se sont ralliées à la position des États-Unis et du Japon. Les dirigeants publieront vraisemblablement dans la déclaration finale que les territoires que revendique Pékin sont des eaux internationales et la coopération entre les États concernés doit prévaloir. En réaction, le gouvernement chinois enrage et demande au G7 de se mêler de ses affaires.

5• Le Canada a-t-il une influence réelle au G7 ?

Bien sûr. Cette influence varie selon la compétence et la personnalité du premier ministre ainsi que suivant l’implication du Canada dans le monde. La compétence réelle de Justin Trudeau à l’international reste à démontrer. Cependant, son équipe ministérielle à l’international est bien perçue et il jouit d’un grand capital de sympathie parmi plusieurs leaders.

Par Loïc Tassé
JDM

Sabrina Lallemand
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply