LAROUSSE ET ROBERT : Ces nouveaux mots font leur entrée dans le dico

LAROUSSE ET ROBERT : Ces nouveaux mots font leur entrée dans le dico
Cette année, beaucoup de nouveaux mots sont liés à la sphère politique.

Quelle «cramine»! On n’a pas envie de quitter sa «douillette», sinon pour avaler une «mique». Du mal à suivre? Il est temps d’ouvrir le millésime 2018 des dictionnaires.

Dans sa nouvelle édition, Le Petit Larousse annonce 150 nouveaux mots, sens, locutions et expressions – dont la québécoise «douillette» (duvet) – et une cinquantaine de nouvelles personnalités, dont le président Emmanuel Macron. Le Robert illustré intègre au total quelque 200 nouveautés (dont également Emmanuel Macron), telle cette «cramine» (froid intense) venue de Suisse.

Année électorale oblige beaucoup de nouveaux mots sont liés à la sphère politique. Ainsi, Le Petit Larousse a introduit dans son lexique le mot «hacktivisme» (l’activisme numérique) et «ubérisation», alors que Le Robert illustré évoque la «post-vérité» et le «burkini». Si le nom du président élu le 7 mai figure dans les deux dictionnaires, le nom du Premier ministre, Édouard Philippe, brille par son absence. En revanche, Bernard Cazeneuve, est bien présent dans les deux ouvrages. Il «est» Premier ministre, dit le Larousse, tandis que le Robert a réussi à noter qu’il a été Premier ministre «de décembre 2016 à mai 2017».

Gastronomie et numérique

Davantage que la politique, la gastronomie demeure une grande pourvoyeuse de mots nouveaux. La «focaccia» (spécialité italienne) fait son entrée dans le Larousse tout comme le «tangelo» (un agrume) ou la «mique» (plat d’Aquitaine), tandis que le Robert en croque pour la «ciabatta» (autre spécialité italienne), le «combava» (autre agrume) et le «cromesquis» (boulettes au fromage) qui peuvent évidemment convenir à un «flexitarien» (qui limite sa consommation de viande).

Les deux dictionnaires ont adopté quelques mots communs comme «gameur» (passionné de jeux vidéo) mais pas question de «spoiler» tout ce qu’on peut trouver dans ces dictionnaires. Les mots de la francophonie et le français régional se révèlent particulièrement inventifs. Grâce au Petit Larousse, on saura à quelle occasion demander à sa partenaire de «bisser» (l’inviter à danser), ce qui peut-être une bonne raison de «faroter» (frimer). De passage en Suisse, on pourra déguster un «biscôme» (pain d’épices) en toute connaissance de cause grâce au Robert illustré.

(L’essentiel/AFP)

Source : lessentiel.lu

Salima Tamani
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply