Larbi Bourrada, un champion sans podium

Larbi Bourrada, un champion sans podium

Triple champion d’Afrique dans spécialité du décathlon (2008, 2010 et 2014), Larbi Bourrada est considéré, depuis, comme l’athlète que les autorités algériennes ignorent, ou font semblant d’oublier.

Après chaque consécration ou record dans sa spécialité, le natif de Souk Ahras attend un geste de la part des responsables algériens, afin de mettre à sa disposition les moyens nécessaires pour effectuer une préparation à la hauteur des prochaines échéances qui l’attendent. Mais loin s’en faut. Il se retrouve, tout juste après, dans des conditions encore plus difficiles, mais cela est, souvent, loin de le décourager.

A chaque sortie médiatique, il appelle les médias à venir voir les conditions dans lesquelles il se prépare. Des médias sont allés voir, et plusieurs reportages ont été publiés, démontrant les conditions drastiques dans lesquelles il se prépare.

« Je ne suis pas entrain de quémander. Etant représentant de l’Algérie, je pense que j’ai le droit de revendiquer le minimum pour aspirer porter très hehaut le drapeau algérien », avait déclaré l’athlète peu avant les JO de Rio.

Cependant, rien n’a changé. Le pire, c’est que des athlètes qui, par le passé, n’ont jamais apporté la moindre consécration à l’Algérie, ont bénéficié de moyens colossaux pour préparer les JO, et, au final, ils ne sont allés que pour faire de la figuration.

A Rio, Bourrada, avec 8521 points, a amélioré le record d’Afrique du décathlon en terminant à la 5e place, jeudi soir, dans un concours remporté par l’Américain Ashton Eaton (8893 pts), qui a devancé le Français Kévin Mayer (8834 pts), le Canadien Damian Warner (8666 pts) ainsi que l’Allemand Kai Kazmirek (8580 pts).

9e avant les deux dernière épreuves, Bourrada a réussi à se hisser à la 5 place grâce à ses performances au lancer du javelot (66.49 m), et au 1500 m (4:14.60).

Sur les réseaux sociaux, Bourrada a été hissé au rang de champion par ses compatriotes, même s’il n’était pas sur le podium. Des images et vidéos ont circulé, depuis le début de ces épreuves du décathlon, pour montrer les conditions dans lesquelles l’Algérien s’est préparé, ainsi que d’autres pour ses concurrents, pour faire, ensuite, la comparaison.

Quoi qu’il en soit, et même si Bouarrada est sorti les mains vides en matière de consécrations, il n’en demeure pas moins qu’il a gagné l’estime de tous les Algériens, de par sa rage et abnégation, mais aussi et surtout par le fait de vouloir surmonter tous les obstacles pour aller de l’avant.

Un exemple à suivre… Bravo champion !

bourrada2

 

 

Mohamed Benhemla
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply