L’Algérie « répondra officiellement » au récent rapport américain sur la liberté de culte

L’Algérie « répondra officiellement » au récent rapport américain sur la liberté de culte

L’Algérie répondra « officiellement » au rapport exhaustif sur les libertés religieuses dans le monde en 2015 établi par le département d’Etat américain, où la liberté religieuse en Algérie a été hautement saluée, a affirmé samedi à Alger le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aissa.

« Le ministère des Affaires étrangères apportera une réponse officielle au rapport américain sur les libertés religieuses dans le monde en 2015, lequel a salué les efforts déployés par l’Algérie pour faire respecter les libertés religieuses conformément à des garanties constitutionnelles et légales », a indiqué M. Aissa dans une déclaration à la presse en marge du 1er congrès sur les préparatifs du Hadj 2016.

Pour le ministre, « ce rapport positif est le meilleur qui soit rédigé sur l’Algérie, depuis que le Département d’Etat américain se soit penché sur cette question », ajoutant que « les auteurs de ce rapport ont bien saisi le concept d’équité et la politique adoptée par l’Algérie en termes de modération, de préservation de l’identité et de soutien au dialogue des civilisations ».

« Les lacunes relevées par ledit rapport sont dues à une incompréhension de notre culture nationale », a indiqué le ministre précisant que « l’Algérie demeure attachée à son appartenance culturelle et civilisationnelle et consacre la liberté de culte et de la pratique religieuse aussi bien dans sa Constitution que dans les lois de la République ».

Après avoir rappelé que « la Justice algérienne incrimine quiconque insulte les prophètes ou dénigre les religions », M. Aissa a saisi l’occasion pour affirmer que le Code pénal allait s’appliquer à l’individu qui avait récemment porté atteinte à la religion musulmane et à la personne du prophète Mohammad (QSSSL).

« La loi interdit, également, les campagnes de prosélytisme par l’exploitation des mineurs et des nécessiteux », a-t-il ajouté.

S’exprimant sur la création d’une instance spécialisée dans l’examen des cas relevant du Qissas (loi du Talion), le ministre a précisé qu »‘une rencontre sera prochainement organisée, à laquelle seront conviées toutes les parties concernées dont des experts en Droit, des imams et des érudits pour examiner cette question en toute objectivité et modération et sortir avec des résultats qui profiteront à la société algérienne ».

aps

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply