l’Algérie ne suivra pas le calendrier Saoudien pour le Ramadan

l’Algérie ne suivra pas le calendrier Saoudien pour le Ramadan

La nuit du doute concernant le début du mois de Ramadan coïncidera avec le vendredi 26 mai prochain, a annoncé  le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aissa. L’observation du croissant lunaire annonçant le premier jour de ramadan est prévue le vendredi soir suivant des calculs astronomiques et ne peut, d’un point de vue religieux, avoir lieu le jeudi comme en Arabie saoudite . « Nous pourrions observer le croissant (lunaire) durant la nuit du 26 mai », a insisté le ministre en jurant que « l’Algérie ne politise pas le croissant… ». 

C’est une première en Algérie, Nous  n’observerons pas le croissant lunaire annonçant le début du ramadan le même soir que l’Arabie saoudite. À Riyad, la nuit du doute aura lieu le jeudi 25 mai 2017. La même date est retenue par d’autres pays musulmans mis à part la Tunisie et le Maroc.

En Algérie, le début du mois de ramadan  concorde souvent avec le calendrier fixé en Arabie saoudite. sauf pour cette année où l’association Sirius d’astronomie a annoncé,  ses prévisions pour le début du ramadan 2017. Selon elle, le mois sacré devrait débuter samedi 27 mai en Algérie, sur la base d’une observation du croissant lunaire qui interviendra la veille vendredi.

Que s’est-il passé pour que l’Algérie n’adhère pas aux calculs astronomiques saoudiens ? S’agit-il d’un différend politique qui s’exprime sous d’autres formes ? Habituellement, les ministres  ne s’engagent jamais sur ce terrain et ne sont pas aussi tranchants. Ils préfèrent laisser le soin au comité des observateurs (Lajnat al-Ahilla) du ministère des Affaires religieuses et ses relais au niveau des wilayas de confirmer le début ou non du ramadan. Une manière de dépolitiser la religion.

Yasmine Amziane
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply