L’Algérie en mesure de sortir de la dépendance aux hydrocarbures (responsable FMI)

L’Algérie en mesure de sortir de la dépendance aux hydrocarbures (responsable FMI)
Photo APS

WASHINGTON – L’Algérie est en mesure de diversifier son économie en menant « des réformes ambitieuses » pour la rendre moins dépendante aux hydrocarbures, a indiqué mardi à Washington le chef de mission du FMI pour l’Algérie, Jean François Dauphin.

« Nous pensons effectivement qu’avec des réformes ambitieuses, on peut transformer l’économie en la rendant plus diversifiée, moins dépendante des hydrocarbures et en donnant un rôle plus important au secteur privé », a déclaré M. Dauphin dans un enregistrement partagé dans un tweet par le site du FMI, Akhbar Asunduk.

Le responsable du FMI a constaté que « la chute des prix de pétrole il y a trois ans a été très sévère et se fait toujours sentir », en relevant l’importance de « saisir ces défis pour les transformer en opportunités de refonder le modèle de croissance de l’économie algérienne comme les autorités ont l’intention de faire ».

« C’est de cette façon qu’on arrivera à assurer une croissance plus pérenne et surtout plus génératrice d’emplois de manière soutenable », a-t-il ajouté. Cela est d’autant plus important étant donné que la population algérienne est composée majoritairement de jeunes, dont  » il faut préparer l’avenir », a estimé M. Dauphin.

Le FMI a salué jeudi dernier les efforts menés par l’Algérie pour s’adapter au choc pétrolier en soulignant l’importance des mesures prises en matière d’assainissement des finances publiques et d’amélioration du climat des affaires.

Dans son rapport 2017 d’évaluation de l’économie algérienne, le FMI a suggéré de mettre en œuvre « un dosage équilibré de mesures économiques » et « de réformes structurelles ambitieuses pour assurer la viabilité des finances publiques, réduire les déséquilibres extérieurs et diminuer la dépendance à l’égard des hydrocarbures ».

Pour faire face à la baisse des recettes pétrolières, l’institution de Bretton Woods a recommandé de recourir à « un éventail plus large de possibilités de financement  » de l’économie, y compris  » un recours prudent à l’endettement extérieur et la cession d’actifs publics  » tout en optant pour un taux de change plus flexible.

Des mesures pareilles pourraient  » fournir une marge de manœuvre budgétaire pour opérer un ajustement plus progressif et plus propice à la croissance que celui prévu actuellement « , a relevé le FMI, estimant nécessaire de poursuivre les réformes pour diversifier l’économie.

 

APS

S.K
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply