L’alerte lancée par Bill Gates sur les risques de pandémie bioterroriste

L’alerte lancée par Bill Gates sur les risques de pandémie bioterroriste
Bill Gates lors de la conférence sur la sécurité à Munich, le 18 février 2017. MATTHIAS BALK / DPA

Bill Gates a évoqué au cours d’une conférence sur la sécurité ses craintes d’une pandémie d’origine bioterroriste au cours des 10 à 15 années à venir.

BIOTERRORISME. La menace d’une arme bactériologique, déjà largement explorée par le cinéma et la littérature, devrait être prise au sérieux. C’est en tout cas ce qu’a affirmé Bill Gates, qui intervenait samedi 18 février 2017 devant une conférence sur la sécurité à Munich. L’homme le plus riche du monde, fondateur de Microsoft devenu mécène, a prévenu que « des gènes pathogènes, apparus dans la nature ou dans les mains d’un terroriste, transmis dans l’air et se propageant rapidement pourraient tuer trente millions de personnes en moins d’un an, et ce d’ici 10 à 15 ans ». Le fondateur de Microsoft place même ce risque « juste derrière la guerre nucléaire et le changement climatique. » Un scénario improbable à court terme, mais qu’il faut envisager pour s’y préparer, estiment des spécialistes.

Un scénario catastrophe…

Pour Olivier Lepick, expert en menace NRBC (Nucléaire, radiologique, biologique et chimique), chercheur-associé à la Fondation pour la recherche stratégique (think tank intervenant dans le domaine militaire), la mise au point d’une arme bactériologique efficace est « aujourd’hui encore hors de portée d’une entité terroriste, mais il faut rester prudent »« Ce sont des scénarios qui tenaient il y a quelques années de la science-fiction, mais qui aujourd’hui deviennent de plus en plus plausibles. Les outils modernes de génie génétique (ndlr : comme CRISPR) facilitent la manipulation d’agents pathogènes, de manière beaucoup plus simple et accessible que dans le passé. Ce type de scénario devient plus plausible », confie-t-il à l’AFP.

L’histoire du bio-terrorisme est, pour l’instant, celle d’une série de tentatives menées avec de petits moyens, pour des résultats à faible échelle. Ainsi, au début des années 90, la secte apocalyptique japonaise Aum avait tenté de pulvériser de la toxine botulique aux abords du parlement japonais, dans une base américaine à Yokosuka, puis dans le centre de Tokyo pendant un mariage princier. Faute de résultat, elle s’est repliée sur le gaz sarin, qu’elle a diffusé dans le métro de Tokyo, faisant douze morts et 50 blessés.

… hors de portée des organisations terroristes actuelles

Le réseau Al Qaïda a aussi mené des expériences à petite échelle dans ses camps en Afghanistan. Des traces de ricine, un poison artisanal, ont été retrouvées en 2003 dans un laboratoire artisanal à Londres (l’idée était d’en enduire des poignées de porte), mais aucun attentat biologique n’a été mené à bien par une organisation terroriste. « Ce genre de manipulation est, pour l’instant du moins, largement hors de portée des groupes terroristes connus« , assure le docteur Marc Lemaire, spécialiste de la menace NRBC. « Produire de tels virus est extrêmement compliqué, il faut un laboratoire sophistiqué, faire des essais, il faut ensuite trouver un vecteur, en étant certain qu’il ne va pas vous revenir dessus. Il ne pourrait être élaboré, par exemple, par un groupe comme Daech ».

« Pour l’instant, toutes les tentatives qui ont été démasquées, notamment de la part d’Al Qaïda, était ridicules d’un niveau technique », ajoute Olivier Lepick, « mais la science progresse, les techniques de manipulation des agents pathogènes sont de plus en plus accessibles. Elle ne sont plus réservées aux Etats comme c’était le cas par le passé, ce scénario ne relève donc plus de la seule fiction. »

INVESTISSEMENTS. Bill Gates, qui a déjà donné une partie de sa fortune pour combattre des maladies et des épidémies globales et dont la parole porte en la matière, a sans doute voulu alerter sur les précautions à prendre pour se préparer à une éventuelle pandémie mondiale, et en cela il a eu raison, estiment les deux experts. « Aujourd’hui, rien n’indique qu’une attaque bio-terroriste se prépare dans les semaines ou les mois qui viennent. En revanche, évoquer cette éventualité n’est ni stupide ni irréaliste« , conclut Olivier Lepick. « Le problème avec cette menace, c’est que les risques d’occurrence sont très faibles mais les moyens de se protéger représentent des investissements financiers énormes ».

 

 

Sciences et Avenir avec AFP

Source: sciencesetavenir.fr

Lamia Siffaoui
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply