L’accès aux stades sera plus cher en Algérie : une décision bien réfléchie ?

L’accès aux stades sera plus cher en Algérie : une décision bien réfléchie ?

Date ; samedi 23 juillet 2016. Lieu ; salle des conférences du CTN de Sidi Moussa (Alger). Objet ; réunion entre le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, et celui de la Ligue de football professionnel, Mahfoud Kerbadj, avec les représentants des 32 clubs des Ligues 1 et 2.

Réunion coutumière, comme cela se fait avant le début de chaque saison, histoire de débattre les sujets d’actualité pour entamer la nouvelle saison footballistique 2016-2017 dans les meilleures conditions.

Cette fois-ci, le sujet d’actualité était celui ayant trait au retrait des agents de la Sûreté nationale de la gestion des stades, et leur remplacement par des stadiers, qui seront à la charge des clubs.

Il a été rappelé, durant ce conclave, que la DGSN, au même titre que la FAF et la LFP, ont renoncé aux vacations prélevés sur les recettes de stades pour permettre aux clubs de financer les stadiers.

Par ailleurs, et dans son compte rendu, la FAF a évoqué une éventuelle augmentation du coût d’accès aux stades pour les supporteurs « à la demande des présidents de clubs ».

« Plusieurs présidents ont, dans leur intervention, proposé de relever le coût du billet d’entrée au stade à un minimum de 500 DA l’unité », indique la FAF, qui ajoute qu’« il sera demandé aux autorités concernées de confier la gestion des stades aux clubs le jour de leurs matchs ».

Sur ce point, la question à poser est celle de savoir si cette demande de revoir à la hausse les prix d’accès aux stades a été bien été étudiée avant d’être proposée.

Force est de constater que cela n’est pas le cas, puisque plusieurs aspects ont été « négligés », la réalité du terrain ne correspond nullement avec cette demande, laissant dire que ce point ne devait pas être le premier à traiter. Autrement dit, l’on s’est précipité a mettre la charrue avant les bœufs.

Peut-on, déjà, parler d’infrastructures ? De conditions d’accueil des supporters dans les gradins ? De gradins ? Et surtout de football ?

Cette problématique des infrastructures sportives en Algérie se pose encore, et la nécessité est qu’il y ait une meilleure réflexion que par le passé, pour éviter à ce que des stades soient construits n’importe où et n’importe comment.

Les supporters éprouvent, déjà, toutes les peines pour accéder aux stades, surtout lors des grands rendez-vous. L’on s’aperçoit, souvent, qu’une seule porte leur est ouverte pour y accéder, faisant que d’interminables files d’attentes se forment, obligeant la police a utiliser tous les moyens pour bien organiser cette entrée au stade.

Une fois dedans, dans ce qui ressemblent à des gradins, les supporters ne trouvent pas les moindres conditions primordiales d’accueils. Déjà qu’il est interdit de faire rentrer des boissons ou des sandwichs, la plupart des stades algériens ne disposent pas de magasins permettant aux supporters de faire leurs achats. A cela, il faudra ajouter que les supporters sont, souvent, obligés de rentrer des heures avant le coup d’envoi des matchs, pour trouver des places assises.

Et puis, peut-on parler de football actuellement dans le championnat algérien ? Il est clair que le niveau du football local est en nette régression depuis plusieurs années déjà, en témoigne le fait que la sélection nationale A est composée de majorité écrasante de joueurs venus de différents championnat étrangers.

Cela dit, le championnat local ne produit plus de bons joueurs, ce qui se répercute, donc, sur le rendement des équipes et le niveau du championnat.

Autre point, les férus du football en Algérie peuvent-ils, tous, se permettre de payer, chaque fois, ces 500 DA pour avoir ce billet d’accès ? Bien sûr que non, compte tenu du taux de chômage ainsi que le niveau de vie qui ne cesse de devenir encore plus cher ces dernières années.

Que fera, dans ce cas, ce supporter en manque de moyens financiers pour s’offrir ce billet, et qui considère, entre temps, le football et son club favori comme « une drogue » ? Plusieurs scénarios sont à imaginer.

Après les mesures d’austérité prononcées, depuis la chute des prix du pétrole, et les différentes augmentations que seul le simple citoyen paye, voilà, donc, qu’une nouvelle mesure va être mise en place, concernant les stades, et c’est ce même citoyen qui est le premier et dernier concerné.

Avec le retrait de la police, l’augmentation des prix des tickets, et le niveau du football local, l’on se dirige, donc, vers l’organisation des matchs, la saison prochaine, devant des gradins presque vides.

Mohamed Benhemla
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply