La remontée des cours du brut redonne le sourire à l’OPEP

La remontée des cours du brut redonne le sourire à l’OPEP

Un mois et demi après l’échec du sommet de Doha, au Qatar, où les grands Etats pétroliers de la planète s’étaient déchirés en public, les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) se retrouvent, jeudi 2 juin, au siège du cartel, dans la capitale autrichienne. Un rendez-vous qui, surprise, devrait marquer une sorte de retour en grâce de l’organisation.

En avril, après le fiasco des négociations menées au Qatar pour limiter la production et soutenir les cours du baril, les scénarios les plus noirs avaient été agités. L’accord historique esquissé entre l’OPEP et d’autres grands pays pétroliers, dont la Russie, étant tombé à l’eau au dernier moment, certains avaient redouté une violente rechute des cours.

Le baril aurait pu revenir à 30 ou 33 dollars (27 à 30 euros) et plonger les membres de l’OPEP dans une nouvelle crise.

Or, c’est l’inverse qui s’est produit. Après quelques jours de recul, les cours de l’or noir n’ont cessé de remonter. Le 26 mai, le baril de WTI, le pétrole américain de référence, a même légèrement dépassé les 50 dollars. Soit 93 % de plus qu’à son point bas touché début février !

Une divine surprise pour l’OPEP, liée en partie à des événements exceptionnels. L’incendie qui dévaste depuis un mois la région pétrolière de Fort McMurray, au Canada, a contribué à résorber la surproduction mondiale, de même que de graves troubles au Nigeria, où environ la moitié de la production est paralysée. Autre facteur de hausse des cours : les prix bas des carburants…

admin
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply