JO 2016 (football) : nul sur toute la ligne pour l’Algérie

JO 2016 (football) : nul sur toute la ligne pour l’Algérie

Pour son deuxième match, pour le compte de la phase finale des Jeux olympiques de Rio, la sélection algérienne olympique de football a enregistré sa seconde défaite, cette fois-ci face à l’Argentine (2-1), dans une rencontre équilibrée dans l’ensemble, contrairement à la première, perdue face au Honduras (2-3).

Deuxième défaite, donc, synonyme d’élimination précoce pour les protégés de Shurmann, dont le dernier match face au Portugal sera sans enjeux, et devrait voir le staff technique aligner une toute autre équipe, pour donner la chance à d’autres joueurs.

Certes, et depuis le tirage au sort de cette phase finale des JO, tous les observateurs s’accordaient à dire que la mission de Bounedjah et consorts ne sera pas une sinécure, face à des sélections difficiles à manier, mais force est de constater, durant les deux premières rencontres, qu’il y avait pourtant de la place pour bien faire. Il fallait juste croire en ses chances et ne pas se laisser intimider.

Le Honduras, et même l’Argentine n’ont pas été t supérieurs aux petits Fennecs, et ce sont ces derniers qui n’ont pas vraiment osé, offrant, donc, une victoire sur un plateau d’or à leurs adversaires.

Lors du premier match, ce fut le gardien de but du MCA, Farid Châal, qui a commis des erreurs monumentales, coûtant deux buts à son équipe.

Face à l’Argentine, lors de la seconde sortie, c’est l’attaque qui a été le maillon faible des Verts, en témoigne le nombre incalculable d’occasions procurées et ratées, par excès de précipitation ou égoïsme.

Comment sera fait l’avenir de cette équipe apports cette élimination ? Selon les dernières informations, le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, avait déjà pris la décision de mettre un terme à la mission de l’actuel staff technique, conduit par la Suisse Shurmann, ainsi que le Directeur technique national, Toufik Kourichi.

Pour ce qui du technicien helvétique, il faut dire qu’il n’est pas en odeur de sainteté avec les responsables de la FAF depuis la dernière CAN, et son avenir avait été débattu lors de la dernière réunion du bureau fédéral. Raouraoua n’a pas voulu s’aventurer à le limoger, au risque de voir cette décision se répercuter négativement sur le parcours de l’EN U23 lors des JO. Mais une fois cette aventure terminée, c’est la porte de sortie qui sera montrée à Shurmann.

S’agissant du cas de Toufik Kourichi, un bilan du travail effectué par ce dernier depuis sa prise de fonction a été présenté par les membres du Bureau fédéral, et plus de points négatifs ont été tirés que ceux positifs.

Kourichi, lui aussi, allait être limogé de son poste il y a presque un mois de cela, mais il a été décidé de reporter cette décision jusqu’à la fin des Jeux olympiques. Le volet de la formation a joué en défaveur de Kourichi, en témoignent les résultats des différentes sélections nationales des jeunes catégories, alors que même la formation des formateurs est jugée « défaillante ».

Pour le remplacer, plusieurs sont ceux qui estiment que Boualem Laroum dispose du profil idéal, lui qui a déjà occupé ce poste et laissé une très bonne impression, avant de quitter suite à un conflit qu’il avait eu avec l’ancien sélectionneur national, Vahid Hallilhodzic.

Mohamed Benhemla
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply