Deux personnes sont mortes et des centaines d’autres ont dû recevoir des soins à la suite d’une intoxication alimentaire massive dans un camp de déplacés à l’est de Mossoul, ont annoncé mardi des responsables irakiens. 

« On a compté 752 cas d’intoxication alimentaire et deux décès -une femme et un enfant- après le repas de rupture du jeûne de ramadan lundi, a expliqué à l’AFP le porte-parole du ministère de la Santé Seif al-Badr. Des responsables du secteur de la santé de la province de Ninive ont confirmé ces chiffres.

Une centaines des personnes intoxiquées ont besoin de soins urgents, a indiqué le porte-parole, précisant qu’une enquête avait été ouverte pour établir l’origine exacte de l’intoxication dans le camp de Hassan Cham, à quelque 30 km à l’est de Mossoul.

La deuxième ville d’Irak est le théâtre depuis octobre d’une bataille féroce opposant les forces gouvernementales aux djihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui s’étaient emparés de la métropole en 2014.

Plus de 800.000 personnes ont dû fuir leur foyer depuis le début de opérations contre l’EI, trouvant refuge dans plusieurs camps autour de Mossoul.

Dans un communiqué, le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a indiqué qu’au moins un enfant est décédé et 200 personnes ont été hospitalisées à cause de cette intoxication.

« Nous attendons (les résultats de) l’enquête de la police pour comprendre clairement l’enchainement des événements et tirer les leçons de cet incident tragique pour éviter qu’il ne se reproduise », a précisé le texte.