Une foule en colère a attaqué la voiture du dirigeant de l’opposition indienne Rahul Gandhi dans l’Etat du Gujarat (ouest), les partisans de M. Gandhi accusant le parti au pouvoir de cette attaque. Une foule agitant des drapeaux noirs a tenté d’arrêter le convoi de M. Gandhi vendredi dans une région du Gujarat récemment touchée par des inondations meurtrières, brisant les vitres de sa voiture, selon des images diffusées par la télévision. Le dirigeant de l’opposition est sorti indemne de cette attaque.

La police a arrêté un homme et ouvert une enquête, selon l’agence Press Trust of India.

Issu d’une dynastie qui a gouverné l’Inde pendant des décennies, Rahul Gandhi, 47 ans, tente de redonner une impulsion au parti du Congrès dont il est le vice-président, après sa défaite aux élections générales de 2014, puis une série de revers dans des consultations électorales au niveau des Etats.

Plusieurs responsables du parti du Congrès ont accusé le Bharatiya Janata Party (BJP, au pouvoir) du Premier ministre Narendra Modi d’avoir orchestré cette attaque contre M. Gandhi.

Des élections sont prévues en décembre dans le Gujarat, dont M. Modi est originaire, et le parti du Premier ministre espère garder le pouvoir.

Ghulam Nabi Azad, un responsable du parti du Congrès, a affirmé que cette attaque avait été menée par le BJP pour provoquer une atmosphère de peur dans le Gujarat avant ces élections.

M. Gandhi a rencontré après l’attaque des victimes des inondations récentes dues à la mousson, qui ont tué plus de 200 personnes.