Ils ont fabriqué de la nourriture à partir d’électricité et de CO2 !

Ils ont fabriqué de la nourriture à partir d’électricité et de CO2 !
© VTT

Des chercheurs finlandais ont réussi à obtenir quelques grammes de protéines comestibles en utilisant du gaz carbonique, de l’eau, de l’électricité et quelques composés chimiques.

Une équipe de chercheurs de l’Université de technologie Lappeenranta et du centre de recherche VTT en Finlande, menée par Juha-Pekka Pitkänen, a réussi à produire des protéines comestibles à l’aide essentiellement d’électricité et de gaz carbonique.

La recette ? « Nous cultivons des organismes unicellulaires qui utilisent le gaz carbonique comme source de carbone, et l’hydrogène de l’eau comme source d’énergie » explique Juha-Pekka Pitkänen. « Le premier ingrédient vient de l’air, quant au second, il est obtenu par électrolyse de l’eau grâce à l’électricité », ajoute Jero Ahola qui a également participé à l’étude. D’autres nutriments sont ajoutés, comme du sulfate d’ammonium, ou encore du phosphore, permettant aux organismes unicellulaires de produire des protéines.

D’après les chercheurs, la fabrication de ces dernières réclamerait dix fois moins d’énergie que les plantes n’en utilisent pour réaliser leur photosynthèse. Elles peuvent donc être produites facilement partout où de l’énergie, en particulier renouvelable, est disponible. Cette nouvelle technologie pourrait servir à nourrir des populations dans les déserts où l’énergie solaire est abondante, ou encore être utilisée en agriculture pour alimenter le bétail et ainsi libérer des terres cultivables.

Le dispositif permet aujourd’hui de fabriquer un gramme de protéines en deux semaines

Le dispositif

Certes, la production de protéines est encore loin d’être compétitive : aujourd’hui, il faut environ deux semaines pour en fabriquer un gramme en laboratoire! Et Juha-Pekka Pitkänen le reconnaît volontiers : « La poudre que nous obtenons n’a pas de goût ou d’odeur définis. Il y a encore du travail avant d’arriver à un aliment semblable au tofu ».

Les chercheurs souhaitent désormais trouver des moyens d’accélérer cette production. Ils visent des usines de la taille de containers capables de fabriquer cinq kilos de protéines par jour. En multipliant les containers, on pourrait alors multiplier la production. Reste à convaincre de futurs consommateurs…

 

Stéphane Fay

Source : science&vie.com

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply