Ils lèvent un coin de voile sur l’organisation de l’ADN dans la cellule

Ils lèvent un coin de voile sur l’organisation de l’ADN dans la cellule
© Zephyris via Wikicommons CC BY-SA 3.0

On sait peu de choses sur la manière dont l’ADN, contenant notre patrimoine génétique, ‘organise à l’intérieur des cellules de l’organisme afin qu’elles remplissent la fonction qui leur est assignée. Une nouvelle recherche clarifie la question.

Comment s’organise l’ADN à l’intérieur des noyaux des cellules composant notre organisme ? Sachant que chaque cellule renferme la totalité de l’ADN (patrimoine génétique), mais qu’une cellule de la peau, par exemple, se comporte très différemment d’une cellule de l’œil, la question de savoir comment une cellule choisi quelle partie de l’ADN utiliser hante les biologistes depuis des décennies.

Or une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université de Gladstone (San Francisco) clarifie un peu cette énigme.

Les gènes regroupés à l’intérieur de domaines topologiques

De fait, on savait déjà que dans le noyau, les filaments d’ADN forment de petites boucles lesquelles se regroupent par domaines dits « topologiques », ou TAD (topologically associating domain), qui permettent à plusieurs gènes éloignés sur la chaîne d’ADN de se côtoyer de près afin de communiquer et d’agir ensemble pour remplir une fonction déterminée.

En effet, ces TAD aident « la cellule à identifier les gènes à utiliser, selon le Dr. Nora, cosignataire de l’article. Par exemple, les cellules de peaux n’ont pas besoin de gènes liés à l’œil, de sorte que ces gènes seront bien emballés dans un compartiment et laissés de côté, car la cellule ne les utilisera jamais. »

Ne pas confondre isolement et regroupement

En particulier, une protéine nommée CTCF, était supposée garantir ce regroupement de gènes à l’intérieur des TAD ainsi que l’isolement entre les différents TAD afin d’éviter que les gènes des uns et des autres ne communiquent entre eux. Mais les chercheurs ont découvert que si l’on détruit la protéine CTCF, les domaines perdent leur isolement sans pour autant annuler la capacité des cellules à regrouper les gènes dans des domaines.

Bref, CTCF isole bien les TAD mais n’est en rien responsable du regroupement des gènes à l’intérieur d’un seul domaine. Cette clarification devrait donc motiver les biologistes à rechercher le véritable mécanisme responsable de la structure par domaines de l’ADN cellulaire.

 

Roman Ikonicoff

Source : science&vie.com

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply