Donald Trump cultive en effet un véritable flou autour de ces événements qui ont causé la mort d’une jeune femme et fait plusieurs blessés. Il y a presque un an, le 25 août 2016, son adversaire à la présidentielle, Hillary Clinton, avertissait les électeurs sur la menace suprémaciste blanche et les dangers de l’extrême droite en cas de victoire du Républicain.

« Son mépris pour les valeurs qui rendent notre pays grand est profondément dangereux (…) Il renforce les stéréotypes nocifs et lance ainsi un message subliminal à ses soutiens les plus haineux. C’est un aperçu troublant du président qu’il pourrait être« , dénonçait-elle à Reno au Nevada. La Démocrate a accusé Donald Trump de s’associer à la « droite alternative« , une mouvance d’extrême droite nationaliste et raciste qui répand sur internet de multiples théories du complot.