Hubble détecte des exocomètes autour d’une jeune étoile

Hubble détecte des exocomètes autour d’une jeune étoile
Autour de cette jeune étoile, le télescope Hubble a détecté la trace de comètes. NASA, ESA, A. FEILD AND G. BACON (STSCI)

Le télescope spatial Hubble n’a pas observé directement ces exocomètes mais a identifié les traces produites par les gaz qui s’en échappent.

AGITATION. Les comètes fascinent l’humanité depuis fort longtemps. Ces astres brillants parfois dotés dune majestueuse chevelure offrent un magnifique spectacle dans le ciel qui peut s’achever en apothéose quand une de ces comètes plonge vers le Soleil, comme ce fût le cas en août 2016. Le système solaire n’est d’ailleurs pas le seul à abriter ces boules glacées : les astronomes ont repéré des exocomètes autour d’autres étoiles et même en grand nombre. Jusqu’à 500 dans le système de Beta Pictoris, situé à environ 63 années-lumière du Soleil. C’est près d’une étoile appartenant au groupe éponyme et un peu plus éloignée (à 95 années-lumière du Soleil) appelée HD 172555, que le télescope Hubble a détecté de nouveaux indices suggérant également l’existence de comètes. Le télescope a observé courant l’année 2015 la jeune étoile, âgée de 23 millions d’années environ, encore entourée de son disque protoplanétaire, à deux reprises et à six jours de décalage.

La présence d’une planète géante de la taille de Jupiter

Ces données ont été analysées par l’équipe de Carol Grady du Centre Goddard de la NASA et communiquées lors du meeting hivernal de la Société américaine d’astronomie qui s’est tenu à Grapevine, au Texas. Elles indiquent la présence de « jets » de gaz de silicium et de dioxyde de carbone se déplaçant à grande vélocité (presque 600 000 km/h) devant HD 172555. Pour les astronomes, ce gaz provient de noyaux cométaires qui se désintègrent partiellement ou complètement avant de s’écraser vers l’étoile. Ils ont repéré un grand nombre d’évènements, ce qui suggère la probable existence d’une planète géante de la taille de Jupiter (non encore observée) qui engendre une agitation gravitationnelle qui contribue à catapulter les comètes vers l’étoile. Un scénario qui a également pu se produire dans le jeune système solaire pendant et après la formation des planètes, notre Jupiter ayant pu également projeter une pluie de comète vers le Soleil.

 

Joël Ignasse

Source: sciencesetavenir.fr

Issam Saidi
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply