Google pique un prodige à son rival Facebook

Google pique un prodige à son rival Facebook
Michael Sayman, 21 ans, a passé de Facebook à Google (Alphabet). (photo: Bloomberg)

La Silicon Valley cède au mercato des jeunes talents avec le transfert remarqué d’un informaticien de 21 ans.

C’est bien connu, la valeur n’attend pas le nombre des années. Cela est d’autant plus vrai pour des sociétés qui ciblent les usages informatiques des nouvelles générations comme Google ou Facebook. Michael Sayman, 21 ans, a le privilège d’avoir désormais œuvré pour les deux géants de la publicité mobile. Il vient d’être engagé par la firme au moteur de recherche comme chef produit de Google Assistant, le robot conversationnel vocal.

De parents péruviens et boliviens, Michael Sayman a grandi à Miami où il a appris le code seul via des vidéos sur YouTube. Le prodige avait attiré l’attention de Facebook dès l’âge de 13 ans. Il avait notamment développé une application spécialisée dans les conseils sur le jeu vidéo Club Penguin, qui avait généré quelques milliers de francs de recettes. Il avait aussi créé 4snaps, une forme de Pictionary revu à l’ère du smartphone.

A l’âge de 17 ans, il avait été convié à un stage à Menlo Park, au siège de Facebook. Arrivé avec sa maman, il avait eu le privilège de rencontrer Mark Zuckerberg en personne. Il portait encore son appareil dentaire, raconte Bloomberg. L’année suivante, il faisait partie des plus jeunes employés à plein temps. Il était chargé de partager avec les ingénieurs les modes d’utilisation des smartphones pratiqués par sa génération.

Google veut un assistant vocal

Ce «Zuck boy» avait également laissé une trace avec l’application Lifestage. Rivale de Snapchat axé sur la vidéo, elle invitait ses utilisateurs à s’exprimer et converser via de courts clips. Malheureusement pour lui et son désormais ex-employeur, l’app a été fermée au début du mois.

Au sein de Google, Michael Sayman travaille désormais dans un secteur désigné comme priorité absolue par Sundar Pichai, le patron de Google. La firme de Mountain View veut intégrer toute la gamme de ses services dans l’assistant vocal. Celui-ci fait face à une rude concurrence avec Siri d’Apple, Alexa d’Amazon ou encore Cortana de Microsoft.

(L’essentiel/laf)

Source : lessentiel.lu

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply