ENTREPRISE : l’intérêt d’un coaching

ENTREPRISE : l’intérêt d’un coaching
LP/arnaud Dumontier

 

Près de 9 entreprises sur 10 s’étant adressées à un coach pour leurs salariés auraient amorti son coût, voire plus…

« La plupart des manageurs se retrouvent à ce poste sans avoir appris à l’être, observe Nathalie Ducray. Or, on ne manage pas de la même façon selon qui on est, où on est ou qui on dirige… » Après une première carrière comme ingénieur grands comptes et directeur des ventes, cette ancienne cadre supérieure s’est reconvertie dans le coaching et intervient désormais auprès d’entreprises pour accompagner leurs salariés. « Le problème en France est que le recrutement des manageurs se fait massivement sur le critère de la technicité, abonde Jean-Baptiste Ferrero, consultant et co-auteur du guide « Manager sans harceler » (Ed. Afnor). Vous montez en grade parce que vous êtes un bon commercial ou ingénieur, comme si le fait d’être un bon violoniste pouvait faire de vous un bon chef d’orchestre. Mais comme beaucoup de choses, cela s’apprend… ».

L’intervention d’un coach en entreprise, loin d’être une généralité, séduit pourtant les intéressés. « Mon patron a vu la différence et moi aussi, témoigne Aurélie, chef de service dans un grand groupe hôtelier. Le recours à un coach m’a permis de travailler mieux. Je prends des décisions moins hâtives, je relativise certaines choses et je formule mieux certaines remarques auprès de mes collaborateurs. ».

« L’intérêt d’un coaching peut être très large et ne doit pas seulement être limité au haut de l’organigramme, insiste Emilie Devienne, coach et auteure de référence du guide Les fiches outils du coaching (Ed. Eyrolles). On fait appel à un coach pour répondre à une problématique précise : apprendre à exprimer ses besoins, gagner en efficacité ou gérer son stress par exemple. »

Mais chacun doit ensuite respecter certaines règles. « Si la demande émane de l’entreprise, le salarié doit adhérer à la démarche, sinon cela ne sert à rien. En même temps, déontologiquement, ses futurs échanges avec le coach resteront confidentiels. » Autrement dit : l’entreprise peut espérer des bénéfices, mais pas un compte rendu détaillé des séances…

Reste enfin la question du budget alloué à ce soutien, généralement estimé entre 3 000 et        5 000 € par personne pour une dizaine de séances maximum. « Toute entreprise devrait préférer travailler avec des salariés épanouis, résume Jean-Baptiste Ferrero. Mais elle peut surtout entendre, d’un point de vue plus pragmatique, que le retour sur investissement est réel et souvent très important. » Nathalie Ducray confirme : « Selon une étude récente de l’ICF (International coaching fédération), 86 % des clients interrogés affirmaient avoir au moins récupéré leur investissement. Et près de la moitié avaient observé un retour évalué entre 10 et 50 fois leur dépense… »

 

 

Par Céline Chaudeau

Source : leparisien.fr

Saliha Outahar
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply