Des experts appellent à intégrer des matériaux écologiques dans la construction

Des experts appellent à intégrer des matériaux écologiques dans la construction
Photo APS

ALGER – Des experts en architecture de terre ont appelé, mercredi à Alger, à une intégration, « même partielle », des matériaux écologiques locaux pour maîtriser les coûts et économiser l’énergie des constructions collectives et individuelles.

Les possibilités offertes par les matériaux comme la terre et la pierre ont été exposés par des architectes lors d’une journée d’information et de sensibilisation organisée à l’occasion du 5e Festival international de promotion des architectures de terre (Architerre) qui se tient depuis dimanche au Palais des expositions des Pins maritimes.

L’architecte et urbaniste Ilhem Belhatem a appelé à des « initiatives citoyennes et écologiques », que chacun peut mener dans sa propre construction, en introduisant des matériaux comme la terre dans les murs, les enduits ou même les aménagements intérieurs.

Elle estime que de telles initiatives pourraient décider les pouvoirs publics à adopter ce mode de construction.

L’architecture de terre peut, selon une étude menée à Alger, Constantine et Adrar, « réduire de plus de 25% » la consommation énergétique en chauffage et climatisation et « diminuer la pollution de l’air d’au moins 15% », précise l’architecte qui rappelle que la production des matériaux de terre est « très peu couteuse » comparativement au béton.

Selon Lara Davis, co-directrice de l’Auroville Earth Institute en Inde, ce genre de matériaux a déjà fait ses preuves en matière de solidité, mais reste encore à « convaincre les populations et les pouvoirs publics » afin de « réhabiliter » ces matériaux, souvent perçus comme signe de précarité.

Pour leur part, des professionnels du bâtiment et des architectes présents à cette journée, intéressés par les avantages de construction en terre, engagent les pouvoirs publics à mettre en place une réglementation intégrant « un certain pourcentage » de matériaux écologiques , un accompagnement technique des entrepreneurs, ou encore une meilleur développement de la recherche scientifique sur le sujet.

Les organisateurs, en collaboration avec la revue « Vie de villes », ont par ailleurs présenté les projets lauréats du concours « Intervenir sur le patrimoine bâti en terre » dont le premier prix a été décerné à  Koussaila Nasri et Mouhamed Amine Bounani pour un projet de construction d’un centre pour enfant, entièrement en terre.

Le deuxième et troisième prix sont revenus respectivement à un projet de centre d’artisanat  à la Casbah d’Alger et à un ensemble de bâtiments d’architecture ksourienne, inspiré de l’habitat traditionnel de la ville de Laghouat.

Le 5e Architerre se poursuit jusqu’à jeudi.

 

APS

Karim Arhab
CONTRIBUTOR
PROFILE

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs Exigés sont marqués avec *

Cancel reply